Bienvenue sur le blog d'ŒnoSkol !

La température de service du vin!

Le 15/11/2020 | Commentaires (0)

ŒnoSkol aborde un des points les plus importants du service du vin : sa température! Effectivement un vin servi à mauvaise température peut vous faire passer à côté d’une belle découverte. Combien de bouteilles de rouges dégustées trop chaudes ou de blancs bus trop froids ont été gâchées!

Rien de pire qu’un vin rouge servi à plus de 20°C qui ne jouera plus son rôle rafraîchissant et désaltérant. Une bouteille servie à des températures excessives exacerbera le côté alcooleux et donnera une impression de brûlant en bouche. Cette erreur de servir les vins trop chauds provient du fait que l’on nous a appris à chambrer les rouges avant de les servir. Qui n’a pas mis le vieux Bordeaux ou le super Bourgogne tout juste sorti de la cave près de la cheminée avant de le boire? Sacrilège! Il faut savoir que ce terme “chambrer” existe depuis bien longtemps, lorsque les maisons n'atteignaient pas les températures d’aujourd’hui. A l’époque on chambrait le vin dans une pièce qui ne dépassait jamais les 18°C! Ainsi les vins rouges se boivent généralement entre 16 et 18°C. Préférez 16°C pour les vins rouges fruités ou riches en alcool et 18°C pour les vieux vins. De plus, il vaut toujours mieux servir un vin un peu trop frais car celui-ci se réchauffera rapidement dans le verre. Pour ceux qui n’ont pas de cave, ŒnoSkol conseille de mettre votre bouteille de rouge une heure au réfrigérateur et de la sortir une trentaine de minutes avant service.

Pour ce qui est des blancs, la température idéale est autour de 12°C. Des vins blancs qualitatifs seront meilleurs à déguster autour de 12 à 14°C alors que des petits blancs secs construits sur la fraîcheur et le fruit peuvent se déguster entre 10 et 12°C. La logique reste la même pour les rosés. Les vins moelleux et liquoreux se boiront autour de 12°C mais jamais à plus de 14°C pour maintenir une sensation désaltérante et agréable en bouche, le sucre et l'alcool apportant de la lourdeur quand ils sont servis trop chauds.

Enfin, les champagnes ou effervescents seront bus autour de 10°C. Vous boirez des petits mousseux à 8°C et des grands champagnes ou crémants à 12°C! Un vin dégusté trop froid sera fermé, voire agressif. Les arômes auront du mal à se volatiliser et il perdra toutes ses facultés olfactives. Ainsi, si vous réalisez que votre vin blanc ou champagne n’est pas top top, servez le bien frais autour de 6-8°C pour ne garder que le côté rafraîchissant! Ça rappellera peut être des souvenirs à certains de vous avec des vins blancs ou rosé servis glacés au bar ou au restaurant. Il y avait sûrement une raison!

Température de service ŒnoSkol

Tarte au noix et Maury

Le 08/11/2020 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol vous propose un accord met-vin sucré de saison : une tarte aux noix accompagnée d’un vin doux naturel (VDN) en appellation Maury.

Les VDN ou vins mutés à l’alcool sont des vins pour lesquels la fermentation alcoolique est stoppée en cours de processus par l’ajout d’eau-de-vie. A ne pas confondre avec les vins de liqueur dont la fermentation est empêchée par l’ajout d’eau-de-vie directement dans le moût de raisin (les Mistelles). Dans les vins de liqueur l’alcool provient donc seulement de l’eau-de-vie et ils sont généralement plus riches en sucre puisque ce dernier n’a pas été transformé en alcool par les levures. Pour les VDN l’alcool provient des sucres du moût fermenté et de l’eau-de-vie. Pas simple!

En France les plus connus sont les muscats de Rivesalte, les Banyuls ou les Maury produits dans les Pyrénées-Orientales. On peut également en trouver dans la vallée du Rhône méridionale avec les Rasteau ou les muscats de Beaumes-de-Venise. Certains sont produits dans le Languedoc comme les muscats de Frontignan ou de Lunel. Enfin, comment ne pas citer le fameux Porto du Portugal qui lui aussi est un vin muté à l’alcool même s’il est classé dans les vins de liqueur pour des questions de taxes.

Aujourd’hui nous dégustons un Maury rouge du millésime 2017, cuvée Grenat du domaine Mas Camps, produit à partir du seul cépage Grenache. L’appellation Maury est située dans le sud Roussillon à côté de Perpignan. Du fait du mutage à l’alcool nous avons ici un vin titrant à 17 degrés d’alcool et qui contient toujours du sucre! La robe de cette cuvée est cerise à framboise. Le nez est floral, avec des notes oxydatives de noix vertes qui se marient parfaitement avec la tarte. On notera également une touche végétale d’humus et des épices comme le safran. En bouche le vin est puissant du fait du taux d’alcool élevé et du sucre. La fin de bouche se termine sur la noisette grillée faisant parfaitement écho au dessert! C’est un vin très agréable au rapport qualité-prix intéressant qui se boira aussi bien à l’apéritif qu’en fin de repas avec certains desserts.

Prix 13€
A boire autour de 16°C pour garder le côté rafraichissant

Tarte aux noix Maury Vins doux naturels ŒnoSkol

Côte de veau et son jus au romarin avec un Minervois-La-Livinières

Le 25/10/2020 | Commentaires (0)

ŒnoSkol poursuit son séjour en méditerranée avec la découverte d’une très belle appellation du Languedoc : Le Minervois-la-Livinière. Ce premier cru du Languedoc de 400 hectares reconnu en 1999 est enclavé dans l’AOP Minervois situé entre Narbonne et Carcassonne. Ce magnifique terroir de causse reposant sur une dalle calcaire est un joyeux mélange de schiste, de cailloux, de sables et d’argiles. Cette diversité minérale et les quelques 500 mm de pluies annuelles vont créer la typicité de ce cru méditerranéen qui provient principalement des trois cépages suivants : la Syrah, le Mourvèdre et le Grenache. Parmi la quarantaine de vignerons de cette AOP ŒnoSkol a choisi d’ouvrir une bouteille du Domaine Lignères-Lathenay, exploitation familiale de 18 hectares, et sa cuvée Marcelin, millésime 2016. Ce vin est composée d’une majorité de Mourvèdre (70%) puis de Syrah (20%) et enfin de Carignan. Pour accompagner ce vin ŒnoSkol vous sert une côte de veau avec un jus de viande au romarin pour faire écho au paysage de garrigue qui donne naissance à ce cru.

La robe de cette cuvée est rubis soutenue. Le vin exprime des arômes de petits fruits rouges mûrs tels que la fraise, la framboise et le cassis. Nous percevons également une touche florale et une note de réglisse. C’est un nez élégant. La bouche onctueuse et corsée dessine une trame charpentée apportée par le Mourvèdre. Elle est équilibrée par la fraîcheur des arômes. La texture veloutée et les saveurs méridionales de cette cuvée se marient merveilleusement bien avec le romarin du plat et la purée de patates douces. Pour conclure c’est un vin fruité et gourmand qui reste digeste malgré son taux d’alcool élevé.

Degré d’alcool 15°C
Température de service 16°C
12€
En conversion AB
Bonne dégustation !

Cotes de veau romarin minervois la livinieres noskol

Basse-côte de bœuf et Corbières

Le 10/10/2020 | Commentaires (0)

ŒnoSkol vous présente la plus grande AOP du Languedoc Roussillon en volume et surface : les Corbières.
Pour illustrer cette appellation nous ouvrons la “Grande Cuvée” de la cave coopérative de Castelmaure, millésime 2016. A l’image de toute la région, quoique pionnière, la cave de Castelmaure créée en 1921 a opéré dans les années 80 un virage qualitatif aussi bien dans les vignes que dans le chai. Elle fait aujourd’hui office de référence dans le Languedoc pour la qualité de ses vins. Pour accompagner cette cuvée : une basse-côte de boeuf marinée à la moutarde, au soja, ail et piment d’espelette.

La “Grande Cuvée” est composée de trois grands cépages méditerranéens récoltés à la main :
Le Grenache Noir qui va apporter de la puissance au vin
La Syrah qui amène de la couleur, de l'onctuosité et des arômes floraux et épicés
Le Carignan, ancien cépage phare du sud de la France, ajoute de la typicité par sa puissance tannique et ses arômes particuliers

Dans le verre le vin présente une robe pourpre profonde avec des reflets rubis. Le nez embaume les petits fruits noirs confiturés, la cerise noire et le poivre rouge. En bouche, les tanins un peu asséchants sont compensés par le volume et le gras du vin. On ressent nettement l’apport boisé dû au vieillissement en barrique. Ainsi on relèvera des notes de chocolat et de vanille. La puissance et le gras du vin permettent d’équilibrer une marinade relevée à la moutarde et aux épices et répondent parfaitement au côté persillé de la basse-côte. Enfin la trame charpentée qui provient des tanins du raisin mais aussi de la barrique s’accorde très bien avec la cuisson saignante de cette pièce de boeuf au rapport qualité-prix indiscutable! Souvenez-vous : les tanins aiment les viandes rouges saignantes!

A boire frais (16°C) pour contrebalancer le côté brûlant du vin qui titre tout de même à 15°C!
Prix 12€
Peut être bu maintenant ou oublié en cave encore quelques années.
Bonne dégustation!

Basse-côte de bœuf et Corbières cave de Castelmaure ŒnoSkol

Carafer ou décanter?

Le 04/10/2020 | Commentaires (0)

ŒnoSkol a décidé de répondre à une question souvent posée en dégustation ou en ligne : “Je vais ouvrir un vieux vin. Dois-je le carafer?” 

La réponse est non!
Un vieux vin ne se carafe pas. Le carafage qui consiste à vider “énergiquement” la bouteille dans une carafe en verre a pour but d’oxygéner ou aérer le vin et de faire ressortir ses arômes. Un vieux vin s’est déjà oxygéné tout au long de sa vie en cave grâce aux échanges gazeux à travers le bouchon et n’a donc pas besoin d’être mis en contact avec beaucoup d’air avant d’être servi. Au contraire, un vieux vin est fragile et ses arômes sont délicats et très volatiles. Le carafage pourrait donc le “tuer” définitivement en libérant ses derniers arômes que vous n’aurez plus dans votre verre une fois le service effectué! Cependant, vous pouvez tout de même décanter un vieux vin, notamment rouge, pour séparer les dépôts du vin. Pour cela il faudra très délicatement passer le vin dans une carafe afin de ne pas trop l’agiter et donc l’oxygéner! Cette manipulation est à double tranchant car malgré toute l’attention que vous pourrez mettre pour le décanter, vous l’oxygénerez dans tous les cas. A privilégier donc avec des vieux vins mais qui ont encore de la structure et du corps (des vieux Bordeaux du Médoc par exemple).
Pour conclure on carafe généralement les jeunes vins qui sont fermés au nez et qui ont besoin de s’ouvrir, de s’aérer et on peut décanter (mais à vos risques et périls) les vieux vins pour séparer la phase solide de la phase liquide!
Bonne dégustation!
Carafer décanter vieux vin ŒnoSkol

Wok de légumes et Graves blanc

Le 27/09/2020 | Commentaires (0)

Aujourd’hui ŒnoSkol déguste un vin d’une appellation qui produit de très grands blancs à partir de trois cépages : le Sauvignon, le Sémillon et la Muscadelle dans des proportions plus confidentielles. Nous parlons ici de l’appellation d’origine protégée Graves qui se situe au sud de Bordeaux et s’étend sur 60 km le long de la rive gauche de la Garonne pour une superficie de 3500 hectares environ. Les graves décrivent un type de sol bien particulier constitué de “graviers” ou “cailloux” mélangés à du sable et de l’argile. Dans cette région ce sol est né grâce aux dépôts fluviaux de la Garonne et forment aujourd’hui une série de terrasses où se sont installées des propriétés viticoles dont la notoriété n’est plus à faire (Château Haut-Brion, Château Haut-Bailly, Château Smith Haut Lafitte etc.). Le terroir ou plus précisément le type de sol a donc donné son nom à cette appellation, ce qui est très rare!

Nous ouvrons aujourd’hui une bouteille du Chateau de Landiras, installé sur la commune du même nom, du millésime 2019. Cette cuvée accompagne un wok de nouilles chinoises aux légumes. Ce blanc est constitué à 60% de Sauvignon et 40% de Sémillon. La robe du vin est jaune vert pâle. Au nez nous sentons des arômes d'agrumes comme le pamplemousse, signature du Sauvignon, des notes de fruits exotiques et une touche florale. En bouche le vin est vif mais équilibré par le gras du Sémillon. Cela lui donne la structure suffisante pour équilibrer ce plat cuisiné avec de la sauce soja, des épices et du piment tout en gardant de la vivacité en bouche. L’assemblage Sauvignon/Sémillon (c’est à dire respectivement fraîcheur et gras/puissance) s’accorde finalement très bien avec ce wok. Le vin un peu court manque tout de même de structure mais reste dans un bon rapport qualité prix.

Prix 7€
Bonne dégustation!
Wok de légumes Graves blanc Château de Landiras ŒnoSkol

Les capsules congés ou représentatives de droits

Le 21/09/2020 | Commentaires (0)

Aujourd’hui ŒnoSkol vous parle des capsules congés ou capsules représentatives de droits (CRD) que l’on retrouve sur le goulot des bouteilles avec les fameuses lettres R, N et E! Mais que veulent dire ces lettres?
  • Le R signifie Vigneron Récoltant. Il définit le vigneron qui cultive sa vigne sur ses terres avec laquelle il fait son propre vin mis en bouteille au domaine.
  • Le N signifie Négociant. Ce producteur achète des raisins, du jus ou du vin à d’autres vignerons pour produire son propre vin et le mettre en bouteille.
  • La lettre E pour Entrepositaire agréé se rapproche du négociant.
Cela signifie-t-il qu’un vin de vigneron récoltant est meilleur qu’un vin de négociant? Malheureusement non, ce serait trop simple! Un négociant peut faire des très bon vins et vice-versa!
Alors si j’achète un vin de vigneron récoltant je privilégie les petits producteurs face à des grands groupes viti-vinicoles? Dans la majorité des cas, surtout au supermarché c’est vrai mais encore une fois ce n’est pas si simple! Par exemple un petit vigneron pourrait décider d’acheter un peu de raisin à son voisin pour étoffer sa gamme, faire un peu plus de volume et serait alors obligé de mettre la lettre N sur la capsule!
Alors que faire?
En supermarché si vous souhaitez privilégier les petits vignerons dirigez-vous en règle général vers la lettre R mais attention cela ne signifiera pas forcément que votre vin sera meilleur! Le mieux est de se faire conseiller par un caviste, de regarder sur internet ou de tout goûter!Capsules représentatives de droits Capsules congés ŒnoSkol

Château Fourcas Hostens 1990 et côte de bœuf

Le 12/09/2020 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol fête un anniversaire et pour l’occasion ouvre un Bordeaux de 1990! Cette cuvée âgée de 30 ans provient du château Fourcas Hostens située dans l’appellation Listrac Médoc. Ce château est aujourd’hui très connu pour la qualité et la régularité de ses cuvées quelques soient les millésimes tout en pratiquant des tarifs abordables. Pour accompagner cette cuvée Médocaine à base de Merlot (45%), de Cabernet Sauvignon (45%) et de Cabernet Franc (10%) nous nous régalons d’une côte de boeuf cuite à la perfection! Quand on ouvre des bouteilles aussi vieilles il faut savoir que l’on a une chance sur deux d’ouvrir un vin trop vieux et passé surtout quand les conditions de garde du vin sont moyennes. Cette fois-ci coup de chance le vin est encore bon, voire très bon! Son contenant en magnum a probablement aidé à sa préservation face au format classique de la bouteille.

Une fois servi le vin dévoile une robe rubis élevée avec d’important reflets tuilés liés à son vieil âge. Le nez présente ce que l’on appelle des arômes tertiaires dus au vieillissement du vin dans la bouteille. Nous découvrons ainsi des odeurs de sous-bois, d’humus, de fumé et de musc enrobés de notes de cerise à l’eau de vie. La bouche est encore surprenamment fraîche, équilibrée avec des tanins fondus qui se marient parfaitement avec la mâche de la viande. Des saveurs d’épices, de réglisse et des notes torréfiées se révèlent à la dégustation. Nous buvons donc un vin de 30 ans très agréable avec des arômes typiques de vieillissement et qui a su préserver sa fraîcheur de jeunesse tout en gardant un bel équilibre!

Température de service 17°C

prix 25-35€

Bonne dégustation!

Château Fourcas Hostens 1990 côte de Bœuf ŒnoSkol

Pouilly Fumé et Filet de Cabillaud

Le 01/09/2020 | Commentaires (0)

Cette semaine ŒnoSkol vous fait découvrir un très joli vin blanc, de la famille “André Dezat et Fils”, produit dans l’appellation Pouilly Fumé du millésime 2018. L’AOP (Appellation d'Origine Protégée) Pouilly Fumé se situe le long de la Loire dans le département de la Nièvre. Les appellations voisines sont notamment Sancerre et Menetou-Salon où la famille Dezat ont également des vignes. Cette petite appellation d’environ 1000 hectares produit uniquement des vins blancs à partir du seul cépage Sauvignon. Il ne faut pas la confondre avec l’appellation Pouilly-Fuissé, vin issu de la Bourgogne, élaboré à partir du cépage Chardonnay. Pour accompagner ce grand vin un filet de cabillaud et ses légumes de saison cuits au four.

La robe est d'un jaune vert pâle. Le nez, très complexe, dévoile des notes de pamplemousse de citron vert mais aussi de pêche, d’abricot et de fleurs blanches. En bouche nous retrouvons ces saveurs florales et légèrement végétales. Le vin est vif, bien équilibré. Il accompagne merveilleusement le gras du poisson et la sucrosité des légumes cuits au four. C’est vraiment un joli vin, très agréable en bouche sur la fraîcheur et le fruit, au rapport qualité-prix hyper intéressant pour cette appellation. Je recommande!
Température de service 12°C
Prix : 9,8 €
Pouilly Fumé Filet de cabillaud ŒnoSkol accord met vin

Millésime 2020 des vendanges très précoces!

Le 26/08/2020 | Commentaires (0)

Depuis plusieurs jours les vendanges ont démarré un peu partout dans le sud et s’amorcent actuellement dans le nord sur les cépages blancs. Ce millésime 2020 sera donc marqué par l’extrême précocité des vendanges et tout particulièrement dans les vignobles septentrionaux! La saison aura enregistré des températures moyennes records, avec certains mois printaniers largement au-dessus des normales saisonnières entraînant un débourrement précoce et un cycle végétatif très rapide. Ces vendanges de plus en plus précoces sont signe du réchauffement climatique qui pose depuis quelques années de sérieux problèmes dans les régions méridionales mais également dans les appellations plus au nord en changeant la typicité des vins. De plus de nombreuses régions, notamment le nord-est, ont été frappées par des sécheresses importantes qui ont accéléré les processus de maturation.
Ce millésime 2020 sera donc hétérogène en termes de qualité et de quantité en fonction des appellations mais à l’échelle nationale il devrait tout de même être très correct! Malheureusement,du fait du contexte sanitaire actuel, la commercialisation de ces nouvelles bouteilles va s'avérer compliquée pour de nombreux domaines qui s’appuient sur l’export et la restauration. Dans tous les cas on a hâte de déguster ce nouveau cru 2020! Je vous invite d’ailleurs à écouter en podcast sur France Inter dans le 13/14 de Bruno Duvic d’aujourd’hui (26/08/2020) l’état des lieux de ce millésime 2020 par deux spécialistes du monde du vin : Nathalie Ollat de l’INRA et Jean-Marie Fabre président du syndicat des vignerons indépendants (Plage horaire 13H30-13H45).
Bonne écoute!

Vendanges Pinot Noir ŒnoSkol

Pinot Noir et Poulet au four

Le 17/08/2020 | Commentaires (0)

Cette semaine ŒnoSkol prend ses bagages et vous fait voyager au bout du monde jusqu’en Nouvelle-Zélande! Ce pays perdu au milieu du pacifique est très connu pour son Sauvignon blanc de la région de Marlborough aux arômes si caractéristiques. Il produit également de très beau vins rouges aussi bien sur l’île du Nord que du Sud et notamment d’excellents pinots noirs! Aujourd’hui ŒnoSkol ouvre donc un Pinot Noir du domaine de Crater Rim dans la région de Waipara sur l’île du sud, millésime 2010. Pour accompagner ce vin de dix ans : le traditionnel poulet patates du dimanche midi!

Dans le verre le vin dévoile une robe cerise bien plus intense qu'un Pinot de Bourgogne avec des reflets bruns signe de vieillesse. Le nez est fumé avec des arômes de bois brûlé apportés par l’élevage en fûts de chêne. Il révèle aussi des notes poivrées, de cerise, de Kirsch. En bouche la texture est veloutée, l’équilibre superbe, à la fois frais et puissant, relevé par des saveurs torréfiées comme le café. On notera également des notes de chocolat, de fruits confiturés tels que la mûre et une touche épicée. Il possède enfin une très belle longueur en bouche. C’est un grand vin, magnifique, à boire maintenant. Cette cuvée s’accorde parfaitement avec la chaire blanche de la volaille qui lui permet de s’exprimer pleinement. Un vrai plaisir de retrouver ce vin après avoir vinifié dans ce domaine en 2013. Malheureusement c’était la dernière bouteille!
Bonne dégustation!
Prix : Quand j’y travaillais le vin était vendu 25€ environ.
Température de service 18°C

Pinot Noir Nouvelle Zélande ŒnoSkol

Véraison : Dernière étape avant les vendanges!

Le 09/08/2020 | Commentaires (0)

Depuis plusieurs semaines à quelques jours la véraison est visible dans tous les vignobles de France! Mais c’est quoi la véraison?

La véraison est une étape phénologique cruciale dans la vie de la vigne comme le débourrement ou la floraison (voir articles précédents sur le blog d’ŒnoSkol).

Pour les cépages (variétés) rouges c’est facilement observable puisque les baies de raisins vont passer du vert au rouge/rosé comme sur la photo.

Pour les blancs c’est plus compliqué. Effectivement les baies vont devenir blanches, translucides et elles vont s’ammolir.

Physiologiquement et chimiquement que se passe-t-il dans la baie de raisin?

Jusqu’ici la baie de raisin, toute verte, se comporte comme un organe végétatif ou autrement dit comme une feuille. A partir de la véraison elle va définitivement prendre le rôle d’un fruit. La sève de la vigne va transporter le sucre produit par les feuilles vers les raisins et petit à petit ces derniers vont se charger en sucre et devenir de plus en plus mûrs. D’autres phénomènes chimiques vont également avoir lieu comme la dégradation des acides ou la maturation d’autres composés intervenant dans le goût du vin tels que les tanins. Ce qu’il faut finalement retenir c’est que la véraison est l’étape pendant laquelle la baie de raisin verte se transforme définitivement en fruit et commence à accumuler du sucre et donc devenir consommable.

Ensuite selon les cépages et les régions il faudra attendre entre 30 et 45 jours avant de récolter des grappes parfaitement mûrs! Les vendanges approchent donc à grands pas! Il est temps d’aiguiser les sécateurs!

Veraison ŒnoSkol

Pissaladière et Rosé de Provence!

Le 26/07/2020 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol a décidé de vous présenter un accord met-vin aux accents provençaux pour ramener un peu de soleil en Bretagne! C’est donc une pissaladière accompagnée d’un rosé du Château de Berne en appellation Côtes-de-Provence que nous dégustons ce dimanche. A noter tout de même qu’aujourd’hui les rosés représentent plus de 30% des vins achetés en France contre 15% dans les années 2000! Le rose a donc le vent en poupe! La pissaladière, spécialité de la région niçoise est une tarte contenant des oignons compotés, des anchois et des olives. C’est donc un plat relativement fort en goût! La cuvée Grande récolte, millésime 2019, du château de Berne est composée du triptyque classique de la méditerranée pour l’élaboration du rosé : le Grenache, le Cinsault et la Syrah. L’appellation Côtes-de-Provence est située sur une large partie du vignoble provençale dans les départements du Var principalement et dans une moindre mesure des Bouches-du-Rhône.

La cuvée que nous dégustons ce weekend révèle une robe très classique des rosés de Provence appelée “melon”. Le nez est amylique, c’est à dire avec des arômes de bonbons type Arlequin. Nous relevons également des arômes de pêche. La bouche est dense, voire grasse mais équilibrée par la fraîcheur des arômes d’agrumes tels que le pamplemousse ou les fruits exotiques. Nous retrouvons le côté “bonbon” en bouche. Ce rosé manque tout de même de longueur en bouche et d’équilibre et se fait donc dépasser par la puissance du plat. A consommer plutôt à l’apéritif et bien frais! Vous le trouverez facilement en grandes surfaces.

Bonne dégustation!
Température de service : 8°C
Prix : 8€

Pissaladière et Rosé de Provence ŒnoSkol formation à la dégustation et l'œnologie

Galette Guéméné et cidre breton

Le 12/07/2020 | Commentaires (0)

Ce weekend ŒnoSkol, fière de ses origines, rend hommage à sa région en vous proposant une crêpe blé noir, la fameuse “Guéméné”, accompagnée d’un cidre local et biologique de l'Atelier de la Pépie. La crêpe Guéméné contient évidemment la célèbre andouille ainsi que des pommes cuites et une sauce blanche à la moutarde.

Le cidre a depuis quelques années le vent en poupe. Plus seulement cantonné aux crêperies bretonnes, il apparaît maintenant à l’apéritif et prend une place de plus en plus importante dans la gastronomie française en accord avec de nombreux plats. Il est cependant important de noter que la législation française concernant la fabrication du cidre est beaucoup moins rigoureuse que pour le vin. Sous cette dénomination nous rencontrons donc aussi bien des produits industriels issus de moûts concentrés auxquels on peut ajouter de l’eau et du dioxyde de carbone pour gazéifier le produit ou des cidres fermiers, artisanaux ou traditionnels produits uniquement à partir de jus de pommes fraîches et sans adjonction de gaz carbonique. Dans notre cas, nous dégustons un cidre pur jus, extra-brut, artisanal, sans adjonction de gaz carbonique et de sulfites, soit un produit très naturel. Le terme artisanal signifie que le producteur peut acheter ses pommes à l’extérieur et “extra-brut” se réfère à la quantité de sucres résiduels. Comme dans le vin on peut boire des cidres doux, demi-secs, bruts, voire extra-brut, respectivement du plus sucré au moins sucré et donc affichant des taux d’alcool du plus faible au plus élevé.

Une fois servi le cidre révèle une magnifique couleur ambrée foncée très dense. Je suppose que cette teinte colorée s’explique entre autres par les variétés de pommes mais peut être également par une filtration douce et l’absence de sulfites ajoutés, à confirmer avec la cidrerie! Il dévoile ensuite un joli nez avec une touche floral. Enfin, la bouche est ample tendue par des bulles fines et un côté légèrement fumé qui accompagne à merveille la galette et son andouille!
Bon appétit ou “kalon digor” en breton!
Température de service : 10-12°C
Prix : 3,60€

Crêpe blé noir et cidre breton ŒnoSkol

Blanquette de veau et Chardonnay de Limoux

Le 06/07/2020 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol vous a préparé un plat traditionnel : la fameuse blanquette de veau! “Comment est votre blanquette?” “La blanquette est bonne” évidemment, avec des champignons, des carottes, de la crème fraîche et elle est accompagnée d’un superbe chardonnay du Château Teramas Astruc en appellation Limoux, millésime 2017. Limoux, surtout connu pour sa blanquette (pas de veau), un vin effervescent, produit également des blancs secs tranquilles, des rosés et des rouges. Le chardonnay cépage blanc le plus planté au monde est très connu en Bourgogne où il produit des vins blancs exceptionnels. Cependant, cultivé dans le Languedoc sur des terroirs frais comme à Limoux il est également capable d’offrir de très beaux vins. En effet l’AOP Limoux située dans l’Aude révèle des terroirs variés du fait de l’altitude pouvant atteindre 300 mètres et de l’influence océanique qui occasionne des précipitations importantes.


Dans le verre le vin présente une robe jaune paille soutenue. Le nez est intense, marqué par des notes fumées apportées par un élevage en fût de chêne. Nous ressentons aussi des arômes de fleurs blanches comme l’aubépine, de brioche, de fruits blancs. C’est un vin très aromatique, complexe, typique des grands chardonnays. En bouche on retrouve les notes torréfiées, la vanille, le pain grillé et les saveurs florales. Le vin est dense, ample mais équilibré par une belle fraîcheur. Cette puissante lui permet sans aucune difficulté de rivaliser avec le gras de la blanquette dû à la crème fraîche et sa multitude de saveurs apporte de la complexité au plat. C’est un très bel accord met-vin, avec une cuvée au rapport qualité-prix très intéressant. Je recommande!


Prix : 9€
Température de service : 12°C
A boire dès maintenant

Blanquette de veau Limoux Chardonnay Oenoskol

Burgers maison et Morgon du Beaujolais!

Le 28/06/2020 | Commentaires (0)

Cette semaine ŒnoSkol se lance dans des burgers maison! Quand on pense cuisine type fast-food on pense généralement soda ou bière mais rarement vin or il est tout à fait possible de marier les hamburgers avec ce dernier. Sur un burger classique (viande de boeuf hachée, fromage, tomates, oignons, frites) il faudra se tourner vers des vins rouges souples et fruitées. ŒnoSkol a donc jeté son dévolu sur le Beaujolais qui produit, à partir du cépage Gamay, de très jolies cuvées présentant ce type de profil. Le Beaujolais, surtout connu pour son Beaujolais Nouveau, vin primeur, qui inonde tous les bistrots les troisièmes jeudis de novembre est situé au nord de Lyon. Ces fameux primeurs aux arômes si caractéristiques de bonbons, de banane etc. ne font pas toujours l’unanimité et malheureusement beaucoup de consommateurs réduisent cette appellation à ces vins. Pourtant cette région cache de jolis trésors produits en particulier sur ses dix crus (Moulin à vent, Juliénas, Fleurie, Chiroubles, Brouilly, Morgon etc.)

Ce soir nous ouvrons un Morgon de Didier Desvignes (joli aptonyme!) cuvée Les Charmes, millésime 2017. 

Ici le vin présente une robe cerise profonde. Le premier nez est discret puis après aération il devient plus expressif sur des notes de fruits rouges, de cerise. Une fois en bouche le Morgon est ample, puissant, charpenté tout en restant vif, ce qui d’ailleurs caractérise particulièrement ce cru. Finalement ce vin est trop tannique et généreux pour ce plat et mériterait surtout d’être oublié en cave. Il faudrait préféré, je pense, un Brouilly ou un Fleurie plus souple et fruité!

Température de service 18°C

Potentiel de garde : 5-10 ans Si vous l’ouvrez maintenant pensez à bien l’aérer plusieurs heures avant dégustation.

Prix : 11€

Burger Morgon Beaujolais ŒnoSkol accord met vin degustation

Risotto aux légumes et Saint-Péray Cave de Tain

Le 21/06/2020 | Commentaires (0)

Ce weekend ŒnoSkol vous a concocté un risotto aux légumes de saison. Ce plat végétarien est accompagné d’un vin blanc de l’appellation Saint-Péray issu de la très qualitative cave coopérative de Tain. Si vous voulez découvrir les appellations des côtes du Rhône Nord la cave de Tain est un arrêt obligatoire. Créée en 1933 elle vinifie plus de 1000 ha sur la majorité des appellations des Côtes du Rhône septentrionales (Saint Joseph, Hermitage, Crozes-Hermitage, Cornas) à des prix abordables. Saint-Péray est une toute petite appellation d’une cinquantaine d’hectare qui s’épanouit sur la rive droite du Rhône en face de la ville de Valence dans le département de l’Ardèche. Elle produit seulement des vins blancs tranquilles ou effervescents à partir des deux cépages phares de cette région : la Marsanne et la Roussanne.

Cette cuvée “Grand Classique” du millésime 2016 dévoile une robe jaune paille claire.

Le nez très expressif laisse échapper des arômes de fleurs d’acacia, d’agrumes confits, d’abricots et de fruits à chaire blanche tels que la poire. La bouche est puissante légèrement épicée. Le vin révèle une belle onctuosité et une sensation de sucrosité apportée par les arômes floraux et miellés qui se marient parfaitement avec les copeaux de parmesan et la fraîcheur des légumes. Seul défaut il est un peu court en bouche!

Ce vin blanc pourra également se boire à l’apéritif ou accompagner des poissons, des viandes blanches, des fromages régionaux comme le fameux Saint-Marcellin!

Prix : 13-15€

Température de service : 12°C

Cave de Tain Saint Péray Risotto ŒnoSkol

Domaine de l'A et Filet mignon de porc

Le 14/06/2020 | Commentaires (0)

Cette fin de semaine, ŒnoSkol vous a préparé un filet mignon de porc aux champignons et tomates avec des pommes de terres sautées. Pour accompagner ce plat convivial nous avons dégusté un vin de l’appellation “Castillon côtes de Bordeaux” : le Domaine de l’A, millésime 2015. Cette appellation est à connaître absolument car elle offre des vins remarquables voire exceptionnels à des prix abordables même si depuis quelques années certaines propriétés commencent à proposer des cuvées de plus en plus chères comme celle que nous goûtons aujourd’hui. Castillon Côtes de Bordeaux se situe dans le prolongement d’une des appellations les plus renommées de Bordeaux : Saint Emilion. Le propriétaire du domaine de l’A Stéphane Derenoncourt est aussi et surtout un consultant viticole reconnu qui suit des centaines de propriétés à Bordeaux et à travers le monde. Le vignoble se déploie sur une dizaine d’hectares de coteaux argilo-calcaire qui permettent d’apporter à la fois de la fraîcheur et de la puissance aux vins. L’assemblage du vin est représentatif de la rive droite de de la Garonne avec une majorité de Merlot (80%) et le reste en Cabernet Franc.

La robe du vin est d’un grenat très profond. Le nez est une bombe de fruits confiturés où l’on relèvera de la fraise, du cassis mais aussi de la grenadine avec une touche floral. La bouche est splendide, soyeuse avec des tanins veloutés. C’est un vin élégant, gourmand, porté par une belle concentration et équilibré par une jolie fraîcheur. Excellent à boire aujourd’hui, il pourra être oublié encore plusieurs années en cave pour les plus patients.

Bonne dégustation!

A boire entre 2020 et 2030

Température de service : 17°C

Prix : 37€

A un prix plus abordable dans cette appellation je ne peux que conseiller le Château Fontbaude. Les propriétaires Yannick et Christian Sabaté sont en plus très sympathiques!

Domaine de l'A ŒnoSkol

Fromages et Sauvignon de Loire

Le 07/06/2020 | Commentaires (0)

Il est temps qu’ŒnoSkol s’attaque à un mythe culinaire : l’accord vin-fromage! Malgré nos habitudes de consommation et les traditions culinaires françaises la majorité des  fromages se marie beaucoup mieux avec du vin blanc que du vin rouge. Il est vrai que certains accords traditionnels comme le fameux “camembert vin rouge” sont magnifiques dans les films des années 60 mais ils sont malheureusement beaucoup moins subtils en bouche!

Les vins rouges vont être écrasés par le gras du fromage et l'âpreté de la croûte en particulier avec les croûtes fleuries (bries, camemberts, coulommiers etc.), . Notre palais va rapidement buter sur des saveurs amères, voire des goûts de savon! En règle général les protéines du lait et les tanins du vin rouge ne font pas bon ménage car en s’associant en bouche ils créent une sensation d’amertume pas très agréable! Pour la même raison il vaut mieux éviter les rouges ou les blancs trop boisés. Il faut donc privilégier des vins blancs ou se tourner vers des vins rouges jeunes, fruités, souples et surtout peu tanniques! La France produisant une multitude de fromages il y aura évidemment toujours des exceptions et des accords originaux. ŒnoSkol prendra le temps d’en illustrer quelques uns dans d’autres articles. Les plus importants sont également abordés au cours du fameux atelier œnologique “Vins-fromages”!

Aujourd’hui nous dégustons un sauvignon blanc des Coteaux du Giennois du domaine Villargeau, millésime 2018. Cette cuvée produite dans une petite appellation située à l’extrême est de la vallée de la Loire proche des AOP Sancerre et Pouilly-Fumé est accompagnée par un plateau de fromages locaux de vaches et de chèvres. Les fromages de vache de la ferme de Bodreguin sont de type tomme de savoie, raclette, morbier et reblochon. Les fromages de chèvre sont des crottins mi-frais. Ces derniers proviennent de la ferme “Les vaches nous rendent chèvres”.

Dans le verre, nous découvrons une robe or pâle aux reflets verts signe de jeunesse. Au nez des notes de fleurs blanches, de fruits exotiques et de fruits blancs tels que la pêche se font ressentir. C’est un vin très aromatique et très agréable, révélateur d’un sauvignon de cette région. En bouche le vin est vif, perlant et présente un bel équilibre. Nous retrouvons les saveurs fruitées et florales qui s’accordent parfaitement avec celles des fromages. On relèvera juste une petite amertume en fin de bouche. En guise de conclusion, ce vin aromatique et vif tranche avec le gras des chèvres et des jeunes tommes et fait naître un joli mariage en bouche couronné d’une belle persistance des saveurs.

Merci à Christophe et Marie, pour m’avoir permis de déguster de nouveau ce vin familial très agréable!

Fromage sauvignon Loire Coteaux du Giennois Villargeau Oenoskol

Côtes du Rhône et pâtes

Le 31/05/2020 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol vous propose un accord met-vin simple, rapide, économique et végétarien! Des pâtes aux champignons, tomates séchées et parmesan accompagné d’un vin fruité et souple des Côtes-du-Rhône du domaine les Avaux, cuvée vieilles vignes, millésime 2018.
Le vin présente une couleur rubis, plutôt claire pour la région. Le nez est épicé avec des notes végétales et fumées, voire brûlées. Des arômes fruités de cerise, de confiture de prune se dessinent que l’on retrouvera en bouche. Il ne faut pas hésiter à ouvrir la bouteille une heure à l’avance. Enfin la bouche est fruitée avec de nouveau cette trame végétale. On peut seulement lui reprocher la fin de bouche un peu séchante. Cette impression de sécheresse peut être due à un manque de maturité des tanins et donc de la vendange. La couleur peu soutenue pour la région conforte également cette hypothèse.
Pour conclure nous sommes sur un petit vin rouge fruité et épicé, facile à boire à moins de 4€. Un rapport qualité-prix excellent que l’on peut facilement retrouver dans cette appellation. Vous avez ici un accord met-vin autour de 7-8€ pour deux personnes! Comme quoi il est possible de se faire plaisir sans casser la tirelire!
A boire frais entre 16 et 18°C
Prix : 3,5€
Bonne dégustation!

Pâtes végétariennes ŒnoSkol