Bienvenue sur le blog d'ŒnoSkol !

Pissaladière et Rosé de Provence!

Le 26/07/2020 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol a décidé de vous présenter un accord met-vin aux accents provençaux pour ramener un peu de soleil en Bretagne! C’est donc une pissaladière accompagnée d’un rosé du Château de Berne en appellation Côtes-de-Provence que nous dégustons ce dimanche. A noter tout de même qu’aujourd’hui les rosés représentent plus de 30% des vins achetés en France contre 15% dans les années 2000! Le rose a donc le vent en poupe! La pissaladière, spécialité de la région niçoise est une tarte contenant des oignons compotés, des anchois et des olives. C’est donc un plat relativement fort en goût! La cuvée Grande récolte, millésime 2019, du château de Berne est composée du triptyque classique de la méditerranée pour l’élaboration du rosé : le Grenache, le Cinsault et la Syrah. L’appellation Côtes-de-Provence est située sur une large partie du vignoble provençale dans les départements du Var principalement et dans une moindre mesure des Bouches-du-Rhône.

La cuvée que nous dégustons ce weekend révèle une robe très classique des rosés de Provence appelée “melon”. Le nez est amylique, c’est à dire avec des arômes de bonbons type Arlequin. Nous relevons également des arômes de pêche. La bouche est dense, voire grasse mais équilibrée par la fraîcheur des arômes d’agrumes tels que le pamplemousse ou les fruits exotiques. Nous retrouvons le côté “bonbon” en bouche. Ce rosé manque tout de même de longueur en bouche et d’équilibre et se fait donc dépasser par la puissance du plat. A consommer plutôt à l’apéritif et bien frais! Vous le trouverez facilement en grandes surfaces.

Bonne dégustation!
Température de service : 8°C
Prix : 8€

Pissaladière et Rosé de Provence ŒnoSkol formation à la dégustation et l'œnologie

Galette Guéméné et cidre breton

Le 12/07/2020 | Commentaires (0)

Ce weekend ŒnoSkol, fière de ses origines, rend hommage à sa région en vous proposant une crêpe blé noir, la fameuse “Guéméné”, accompagnée d’un cidre local et biologique de l'Atelier de la Pépie. La crêpe Guéméné contient évidemment la célèbre andouille ainsi que des pommes cuites et une sauce blanche à la moutarde.

Le cidre a depuis quelques années le vent en poupe. Plus seulement cantonné aux crêperies bretonnes, il apparaît maintenant à l’apéritif et prend une place de plus en plus importante dans la gastronomie française en accord avec de nombreux plats. Il est cependant important de noter que la législation française concernant la fabrication du cidre est beaucoup moins rigoureuse que pour le vin. Sous cette dénomination nous rencontrons donc aussi bien des produits industriels issus de moûts concentrés auxquels on peut ajouter de l’eau et du dioxyde de carbone pour gazéifier le produit ou des cidres fermiers, artisanaux ou traditionnels produits uniquement à partir de jus de pommes fraîches et sans adjonction de gaz carbonique. Dans notre cas, nous dégustons un cidre pur jus, extra-brut, artisanal, sans adjonction de gaz carbonique et de sulfites, soit un produit très naturel. Le terme artisanal signifie que le producteur peut acheter ses pommes à l’extérieur et “extra-brut” se réfère à la quantité de sucres résiduels. Comme dans le vin on peut boire des cidres doux, demi-secs, bruts, voire extra-brut, respectivement du plus sucré au moins sucré et donc affichant des taux d’alcool du plus faible au plus élevé.

Une fois servi le cidre révèle une magnifique couleur ambrée foncée très dense. Je suppose que cette teinte colorée s’explique entre autres par les variétés de pommes mais peut être également par une filtration douce et l’absence de sulfites ajoutés, à confirmer avec la cidrerie! Il dévoile ensuite un joli nez avec une touche floral. Enfin, la bouche est ample tendue par des bulles fines et un côté légèrement fumé qui accompagne à merveille la galette et son andouille!
Bon appétit ou “kalon digor” en breton!
Température de service : 10-12°C
Prix : 3,60€

Crêpe blé noir et cidre breton ŒnoSkol

Blanquette de veau et Chardonnay de Limoux

Le 06/07/2020 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol vous a préparé un plat traditionnel : la fameuse blanquette de veau! “Comment est votre blanquette?” “La blanquette est bonne” évidemment, avec des champignons, des carottes, de la crème fraîche et elle est accompagnée d’un superbe chardonnay du Château Teramas Astruc en appellation Limoux, millésime 2017. Limoux, surtout connu pour sa blanquette (pas de veau), un vin effervescent, produit également des blancs secs tranquilles, des rosés et des rouges. Le chardonnay cépage blanc le plus planté au monde est très connu en Bourgogne où il produit des vins blancs exceptionnels. Cependant, cultivé dans le Languedoc sur des terroirs frais comme à Limoux il est également capable d’offrir de très beaux vins. En effet l’AOP Limoux située dans l’Aude révèle des terroirs variés du fait de l’altitude pouvant atteindre 300 mètres et de l’influence océanique qui occasionne des précipitations importantes.


Dans le verre le vin présente une robe jaune paille soutenue. Le nez est intense, marqué par des notes fumées apportées par un élevage en fût de chêne. Nous ressentons aussi des arômes de fleurs blanches comme l’aubépine, de brioche, de fruits blancs. C’est un vin très aromatique, complexe, typique des grands chardonnays. En bouche on retrouve les notes torréfiées, la vanille, le pain grillé et les saveurs florales. Le vin est dense, ample mais équilibré par une belle fraîcheur. Cette puissante lui permet sans aucune difficulté de rivaliser avec le gras de la blanquette dû à la crème fraîche et sa multitude de saveurs apporte de la complexité au plat. C’est un très bel accord met-vin, avec une cuvée au rapport qualité-prix très intéressant. Je recommande!


Prix : 9€
Température de service : 12°C
A boire dès maintenant

Blanquette de veau Limoux Chardonnay Oenoskol

Burgers maison et Morgon du Beaujolais!

Le 28/06/2020 | Commentaires (0)

Cette semaine ŒnoSkol se lance dans des burgers maison! Quand on pense cuisine type fast-food on pense généralement soda ou bière mais rarement vin or il est tout à fait possible de marier les hamburgers avec ce dernier. Sur un burger classique (viande de boeuf hachée, fromage, tomates, oignons, frites) il faudra se tourner vers des vins rouges souples et fruitées. ŒnoSkol a donc jeté son dévolu sur le Beaujolais qui produit, à partir du cépage Gamay, de très jolies cuvées présentant ce type de profil. Le Beaujolais, surtout connu pour son Beaujolais Nouveau, vin primeur, qui inonde tous les bistrots les troisièmes jeudis de novembre est situé au nord de Lyon. Ces fameux primeurs aux arômes si caractéristiques de bonbons, de banane etc. ne font pas toujours l’unanimité et malheureusement beaucoup de consommateurs réduisent cette appellation à ces vins. Pourtant cette région cache de jolis trésors produits en particulier sur ses dix crus (Moulin à vent, Juliénas, Fleurie, Chiroubles, Brouilly, Morgon etc.)

Ce soir nous ouvrons un Morgon de Didier Desvignes (joli aptonyme!) cuvée Les Charmes, millésime 2017. 

Ici le vin présente une robe cerise profonde. Le premier nez est discret puis après aération il devient plus expressif sur des notes de fruits rouges, de cerise. Une fois en bouche le Morgon est ample, puissant, charpenté tout en restant vif, ce qui d’ailleurs caractérise particulièrement ce cru. Finalement ce vin est trop tannique et généreux pour ce plat et mériterait surtout d’être oublié en cave. Il faudrait préféré, je pense, un Brouilly ou un Fleurie plus souple et fruité!

Température de service 18°C

Potentiel de garde : 5-10 ans Si vous l’ouvrez maintenant pensez à bien l’aérer plusieurs heures avant dégustation.

Prix : 11€

Burger Morgon Beaujolais ŒnoSkol accord met vin degustation

Risotto aux légumes et Saint-Péray Cave de Tain

Le 21/06/2020 | Commentaires (0)

Ce weekend ŒnoSkol vous a concocté un risotto aux légumes de saison. Ce plat végétarien est accompagné d’un vin blanc de l’appellation Saint-Péray issu de la très qualitative cave coopérative de Tain. Si vous voulez découvrir les appellations des côtes du Rhône Nord la cave de Tain est un arrêt obligatoire. Créée en 1933 elle vinifie plus de 1000 ha sur la majorité des appellations des Côtes du Rhône septentrionales (Saint Joseph, Hermitage, Crozes-Hermitage, Cornas) à des prix abordables. Saint-Péray est une toute petite appellation d’une cinquantaine d’hectare qui s’épanouit sur la rive droite du Rhône en face de la ville de Valence dans le département de l’Ardèche. Elle produit seulement des vins blancs tranquilles ou effervescents à partir des deux cépages phares de cette région : la Marsanne et la Roussanne.

Cette cuvée “Grand Classique” du millésime 2016 dévoile une robe jaune paille claire.

Le nez très expressif laisse échapper des arômes de fleurs d’acacia, d’agrumes confits, d’abricots et de fruits à chaire blanche tels que la poire. La bouche est puissante légèrement épicée. Le vin révèle une belle onctuosité et une sensation de sucrosité apportée par les arômes floraux et miellés qui se marient parfaitement avec les copeaux de parmesan et la fraîcheur des légumes. Seul défaut il est un peu court en bouche!

Ce vin blanc pourra également se boire à l’apéritif ou accompagner des poissons, des viandes blanches, des fromages régionaux comme le fameux Saint-Marcellin!

Prix : 13-15€

Température de service : 12°C

Cave de Tain Saint Péray Risotto ŒnoSkol

Domaine de l'A et Filet mignon de porc

Le 14/06/2020 | Commentaires (0)

Cette fin de semaine, ŒnoSkol vous a préparé un filet mignon de porc aux champignons et tomates avec des pommes de terres sautées. Pour accompagner ce plat convivial nous avons dégusté un vin de l’appellation “Castillon côtes de Bordeaux” : le Domaine de l’A, millésime 2015. Cette appellation est à connaître absolument car elle offre des vins remarquables voire exceptionnels à des prix abordables même si depuis quelques années certaines propriétés commencent à proposer des cuvées de plus en plus chères comme celle que nous goûtons aujourd’hui. Castillon Côtes de Bordeaux se situe dans le prolongement d’une des appellations les plus renommées de Bordeaux : Saint Emilion. Le propriétaire du domaine de l’A Stéphane Derenoncourt est aussi et surtout un consultant viticole reconnu qui suit des centaines de propriétés à Bordeaux et à travers le monde. Le vignoble se déploie sur une dizaine d’hectares de coteaux argilo-calcaire qui permettent d’apporter à la fois de la fraîcheur et de la puissance aux vins. L’assemblage du vin est représentatif de la rive droite de de la Garonne avec une majorité de Merlot (80%) et le reste en Cabernet Franc.

La robe du vin est d’un grenat très profond. Le nez est une bombe de fruits confiturés où l’on relèvera de la fraise, du cassis mais aussi de la grenadine avec une touche floral. La bouche est splendide, soyeuse avec des tanins veloutés. C’est un vin élégant, gourmand, porté par une belle concentration et équilibré par une jolie fraîcheur. Excellent à boire aujourd’hui, il pourra être oublié encore plusieurs années en cave pour les plus patients.

Bonne dégustation!

A boire entre 2020 et 2030

Température de service : 17°C

Prix : 37€

A un prix plus abordable dans cette appellation je ne peux que conseiller le Château Fontbaude. Les propriétaires Yannick et Christian Sabaté sont en plus très sympathiques!

Domaine de l'A ŒnoSkol

Fromages et Sauvignon de Loire

Le 07/06/2020 | Commentaires (0)

Il est temps qu’ŒnoSkol s’attaque à un mythe culinaire : l’accord vin-fromage! Malgré nos habitudes de consommation et les traditions culinaires françaises la majorité des  fromages se marie beaucoup mieux avec du vin blanc que du vin rouge. Il est vrai que certains accords traditionnels comme le fameux “camembert vin rouge” sont magnifiques dans les films des années 60 mais ils sont malheureusement beaucoup moins subtils en bouche!

Les vins rouges vont être écrasés par le gras du fromage et l'âpreté de la croûte en particulier avec les croûtes fleuries (bries, camemberts, coulommiers etc.), . Notre palais va rapidement buter sur des saveurs amères, voire des goûts de savon! En règle général les protéines du lait et les tanins du vin rouge ne font pas bon ménage car en s’associant en bouche ils créent une sensation d’amertume pas très agréable! Pour la même raison il vaut mieux éviter les rouges ou les blancs trop boisés. Il faut donc privilégier des vins blancs ou se tourner vers des vins rouges jeunes, fruités, souples et surtout peu tanniques! La France produisant une multitude de fromages il y aura évidemment toujours des exceptions et des accords originaux. ŒnoSkol prendra le temps d’en illustrer quelques uns dans d’autres articles. Les plus importants sont également abordés au cours du fameux atelier œnologique “Vins-fromages”!

Aujourd’hui nous dégustons un sauvignon blanc des Coteaux du Giennois du domaine Villargeau, millésime 2018. Cette cuvée produite dans une petite appellation située à l’extrême est de la vallée de la Loire proche des AOP Sancerre et Pouilly-Fumé est accompagnée par un plateau de fromages locaux de vaches et de chèvres. Les fromages de vache de la ferme de Bodreguin sont de type tomme de savoie, raclette, morbier et reblochon. Les fromages de chèvre sont des crottins mi-frais. Ces derniers proviennent de la ferme “Les vaches nous rendent chèvres”.

Dans le verre, nous découvrons une robe or pâle aux reflets verts signe de jeunesse. Au nez des notes de fleurs blanches, de fruits exotiques et de fruits blancs tels que la pêche se font ressentir. C’est un vin très aromatique et très agréable, révélateur d’un sauvignon de cette région. En bouche le vin est vif, perlant et présente un bel équilibre. Nous retrouvons les saveurs fruitées et florales qui s’accordent parfaitement avec celles des fromages. On relèvera juste une petite amertume en fin de bouche. En guise de conclusion, ce vin aromatique et vif tranche avec le gras des chèvres et des jeunes tommes et fait naître un joli mariage en bouche couronné d’une belle persistance des saveurs.

Merci à Christophe et Marie, pour m’avoir permis de déguster de nouveau ce vin familial très agréable!

Fromage sauvignon Loire Coteaux du Giennois Villargeau Oenoskol

Côtes du Rhône et pâtes

Le 31/05/2020 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol vous propose un accord met-vin simple, rapide, économique et végétarien! Des pâtes aux champignons, tomates séchées et parmesan accompagné d’un vin fruité et souple des Côtes-du-Rhône du domaine les Avaux, cuvée vieilles vignes, millésime 2018.
Le vin présente une couleur rubis, plutôt claire pour la région. Le nez est épicé avec des notes végétales et fumées, voire brûlées. Des arômes fruités de cerise, de confiture de prune se dessinent que l’on retrouvera en bouche. Il ne faut pas hésiter à ouvrir la bouteille une heure à l’avance. Enfin la bouche est fruitée avec de nouveau cette trame végétale. On peut seulement lui reprocher la fin de bouche un peu séchante. Cette impression de sécheresse peut être due à un manque de maturité des tanins et donc de la vendange. La couleur peu soutenue pour la région conforte également cette hypothèse.
Pour conclure nous sommes sur un petit vin rouge fruité et épicé, facile à boire à moins de 4€. Un rapport qualité-prix excellent que l’on peut facilement retrouver dans cette appellation. Vous avez ici un accord met-vin autour de 7-8€ pour deux personnes! Comme quoi il est possible de se faire plaisir sans casser la tirelire!
A boire frais entre 16 et 18°C
Prix : 3,5€
Bonne dégustation!

Pâtes végétariennes ŒnoSkol

Floraison : une étape clé du cycle de la vigne

Le 26/05/2020 | Commentaires (0)

Depuis quelques jours les vignobles français sont en fleur. La floraison est une étape clé dans le cycle de la vigne puisque sa qualité va déterminer la quantité de raisins produite et donc le rendement. Le climat joue un rôle essentiel dans le bon déroulé de celle-ci : plus le temps sera ensoleillé et chaud, plus la pollinisation et la fécondation des fleurs s’accompliront correctement. Effectivement, la pluie peut empêcher les capuchons floraux de tomber ce qui fait avorter les fleurs. Nous appelons ce problème la coulure. Cette année la majorité de nos vignobles sont épargnés au vu de la météo clémente. La disposition en éléments nutritifs pour la vigne, comme l’azote, va également jouer un rôle dans la qualité de la fécondation des fleurs. Des carences peuvent impacter négativement la formation des baies de raisin. Les vignerons peuvent donc mettre en place certaines pratiques culturales dans leurs parcelles pour éviter ces manques.

Enfin, la date de floraison donne une idée aux vignerons de la date des vendanges. Nous avons coutume de dire que celles-ci arrivent une centaine de jours après la floraison même si cela dépend des cépages, des régions et de la météo tout au long de l’été. Dans tous les cas le millésime 2020 restera précoce. Si jamais vous vous ennuyez en septembre vous savez ce qu’il vous reste à faire!


Floraison vigne oenoskol

Chablis Premier Cru Fourchaume et pavé de saumon

Le 24/05/2020 | Commentaires (0)

Aujourd’hui ŒnoSkol vous fait découvrir une appellation française produisant uniquement des vins blancs : le Chablis. Cette appellation renommée située dans l’Yonne, à l’est d’Auxerre, fait partie de l’AOP (Appellation d'Origine Protégée) Bourgogne. Une révision controversée portée par l’INAO (Institut National des Appellations d’Origine) en 2019 a voulu faire sortir Chablis de l’aire d’appellation Bourgogne. Celle-ci a été rapidement reportée suite à la colère des vignerons. Le Chardonnay est le seul cépage autorisé pour produire ces grands blancs au potentiel de garde élevé.

Nous dégustons ce jour un Chablis Premier Cru "Fourchaume" du domaine Oliveira Lecestre, millésime 2017. Les 17 climats qui composent les Premiers Crus s’épanouissent sur les coteaux les mieux exposés. Plus réputés et moins accessibles, les Grands Crus comptent seulement 7 climats. Le climat est l’équivalent bourguignon du mot terroir associé à un lieu-dit où la culture de la vigne est attestée depuis très longtemps. En Bourgogne le classement des appellations fonctionne de la même manière que les poupées russes. La plus grande comprend les appellations "régionales" au nombre de 7 puis viennent les appellations "villages" telles que Mercurey, Pommard, Meursault ou Nuits-Saint-Georges (44 au total). Ensuite nous entrons dans les Premiers Crus et nous terminons enfin dans les Grands Crus qui représentent moins d’un pour cent du vignoble bourguignon avec des noms éponymes mondialement connus tels que Montrachet, Bâtard-Montrachet, Corton-Charlemagne ou Romanée-Conti (33 Grands Crus au total).

Pour accompagner ce vin blanc du Chablis ŒnoSkol cuisine un pavé de saumon caramélisé et ses petits légumes de saison poêlés.

Le vin dévoile une robe or pâle très brillante et limpide avec des reflets verts typiques des chardonnays produits dans cette région. Le nez, assez discret, est floral avec des notes d’amande douce et d’agrumes. La bouche est fraîche, tendue par l’acidité. Elle s’équilibre très bien avec ce poisson gras et sa sauce aux saveurs asiatiques. On pourra discerner des saveurs de fruits blancs. Cette cuvée est agréable mais ses arômes discrets aussi bien au nez qu’en bouche ne révèlent pas tout le potentiel de cette appellation.

Bonne dégustation!

Prix : 14€
Température de service : 10-12°CChablis premier cru Fourchaume Oenoskol

Couscous et Saint Chinian

Le 17/05/2020 | Commentaires (0)

Après vous avoir fait traverser la manche ŒnoSkol met les voiles vers le sud et cuisine un couscous aux choux, navets et carottes. Pour accompagner ce plat emblématique de la cuisine traditionnelle du Maghreb, ŒnoSkol vous fait découvrir un vin rouge du Languedoc, plus précisément de l’appellation Saint Chinian. Le Languedoc Roussillon reste aujourd’hui la première région productrice de vin en France et la seconde dans le monde derrière la Castilla la Mancha en Espagne. Cette région du sud de la France qui tout au long du XXe siècle produisait un vin de table ordinaire a opéré un changement qualitatif dans les années 1990. Elle produit aujourd’hui des vins de très grande qualité notamment dans les AOP (appellations d’origine protégée) à des prix accessibles.

Établi à plus de trois cents mètres d’altitude dans les contreforts des monts du Haut-Languedoc, le Domaine du Météore​ que nous découvrons aujourd’hui doit son nom à l’énorme cratère situé en son cœur due à une météorite qui y serait tombée il y a plus de dix mille ans.
La cuvée clos du Bijou du millésime 2016 provient de vignes plantées sur un sol original pour la viticulture mais habituel pour l’appellation : les schistes. Ces roches à l’aspect feuilleté sont particulièrement présentes en Bretagne du fait de notre histoire géologique (les fameuses ardoises du massif armoricain). L’assemblage est composé d’un triptyque classique entre trois cépages traditionnels du sud de la France : la Syrah, le Grenache et le Carignan.

Le vin présente dans le verre une robe rubis très dense liée à la présence majoritaire de Syrah. Le nez, très agréable et révélateur du Grenache, rappelle la confiture de framboise, le jus de cassis et la cerise. Gustativement nous retrouvons la framboise et le cassis ainsi qu’une touche mentholée. La bouche est gourmande, ample soutenue par une très belle fraîcheur et des tanins veloutés. Ce vin légèrement épicé s’harmonise parfaitement avec le plat et notamment les merguez. Persistant en bouche, cette très jolie cuvée porte bien son nom! Je recommande!
Bon appétit!

Prix : 8€
A boire maintenant
Température de service légèrement frais : 16-17°C

Couscous Saint Chinian Languedoc Accord met-vin Oenoskol

Fish and Chips et bière blonde

Le 10/05/2020 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol continue à vous faire voyager en vous présentant un accord culinaire, symbole de la culture anglo-saxonne : un fish and chips avec une bière blonde locale! Eh oui il arrive parfois qu’ŒnoSkol boive autre chose que du vin… What a shame!

Ce Fish and Chips est évidemment accompagné d’une sauce tartare mais aussi d’un écrasé de petit pois à la menthe. ŒnoSkol a choisi d’y associer une bière paysanne locale, la Chervad de la Ferme- Brasserie La Bambelle à Saint Gravé (Morbihan). Cette bière blonde légère dévoile au nez des arômes fruités et torréfiés. Sa texture en bouche est plutôt onctueuse pour une pilsner du type Lager. Ce type de bière équilibre parfaitement le gras de la friture et l’acidité de la sauce tartare.

Prix : 3,8€ la bouteille de 75cl

Température de service : 10°C

Nota bene : Il n’est pas simple de marier un vin avec de la friture qui apporte énormément de gras. Les rouges n’auront généralement jamais la vivacité suffisante pour s’y opposer sans oublier que sous cette friture se cache tout de même un poisson! Toutefois si vous souhaitez y associer un vin et non une bière, ŒnoSkol vous orienterait vers un vin blanc puissant et aromatique du sud de la France. Vous pouvez essayer d’allier des cépages tels que le grenache blanc, le rolle (Vermentino) de Provence ou de Corse et pourquoi pas un chardonnay des Etats-Unis. Pas facile et pas traditionnel comme accord, il faut donc essayer!

Fish and chips bière blonde accords mets-vins oenoskol

Gewurztraminer et cuisine indienne : le Dal

Le 03/05/2020 | Commentaires (1)

Ce weekend ŒnoSkol vous fait voyager en Asie et plus précisément en Inde avec un Dal Takda accompagné de pains naan maison. Ce plat végétarien à base de lentilles corail est agrémenté d’épices et de condiments frits. L’Inde a un héritage viticole faible même si celui-ci se développe. On y boit surtout du chaï (thé indien), du Lassi, de la bière et des alcools forts distillés à partir d’aliments plus ou moins connus. En règle générale, il est donc difficile de trouver des alliances traditionnelles entre sa cuisine et le vin, d’autant plus que celle-ci a tendance à être très épicée. Cet aspect brûlant peut rapidement étouffer les vins. Il faut donc éviter les vins légers et simples ainsi que les vieux millésimes fragiles ou trop subtiles et se tourner vers des vins puissants et aromatiques. ŒnoSkol a fait l’expérience avec un Gewurztraminer d’Alsace, millésime 2018 de la maison Hauller.

La robe du vin est or vert. Il exprime un nez aux arômes exotiques de litchi et de papaye très révélateurs de ce cépage. A noter qu’en Alsace les appellations portent le nom des cépages vinifiés. On y boit donc un pinot gris, un riesling, un gewurztraminer et non un village ou une région comme dans la plupart des appellations françaises. La bouche, quant à elle, est grasse et souple avec cette trame exotique, florale et légèrement épicée. Le vin manque malheureusement de persistance en bouche, de puissance et de complexité. Il n’est pas à la hauteur d’un plat aussi relevé. Il sera préférable de le boire à l’apéritif ou sur des desserts. L’accord avec ce cépage me semble tout de même intéressant mais il faudrait y mettre le prix et aller chercher des grands crus et pourquoi pas des demi-secs ou moelleux pour adoucir les épices de cette cuisine indienne.
Bon appétit!

A boire frais avec ce type de plat (10°C)
Prix : 8€

Gewurztraminer Hauller Dal lentilles corail Oenoskol accords mets-vins

Les Picasses Chinon 2015 et boudin noir aux pommes

Le 23/04/2020 | Commentaires (0)

Cette semaine ŒnoSkol vous propose de découvrir l’appellation Chinon avec les Picasses 2015 du château de Coulaine. Pour accompagner cette cuvée 100% Cabernet Franc un boudin noir et ses petites pommes de terre sautées associés avec une compotée de pomme et un confit d’oignon! Cette appellation du Val de Loire produit majoritairement du vin rouge dont le cépage principal est le Cabernet Franc pouvant également être appelé le Breton dans la région. Le Cabernet Sauvignon est autorisé mais il ne doit pas dépasser 10% de l’assemblage. Le Château de Coulaine est certifié en agriculture biologique depuis 1997. Les vignes qui produisent cette cuvée s’épanouissent sur une colline au sol argilo-calcaire, le fameux tuffeau du Val de Loire dont la pente regarde le sud.

Dans le verre, le vin révèle une robe rubis très dense qui annonce une belle concentration. Il dévoile aussi de légers reflets bruns signe des premières marques de vieillissement. Le nez quant à lui est très typique du cépage puisqu’il exprime des petits fruits confiturés tels que le cassis ou la framboise avec une touche végétale. Nous discernons des notes d’évolution de sous-bois et de cuir. La bouche fruitée est marquée par une belle vivacité et des petits tanins rendant le vin agréablement charpenté et indiquant que celui-ci peut encore vieillir quelques années sans aucun problème! Cette matière tannique et la fraîcheur du vin permettent de bien équilibrer l’acidité des pommes et le sang du boudin noir. C’est définitivement un joli vin qui accompagnera de nombreux plats en particulier des viandes rouges grillées ou en sauce.
Bon appétit!

Température de service : 18°C
A boire à partir de maintenant et au moins jusqu’en 2025
Prix : 18-19€

Chinon Château de Coulaine Les Picasses 2015

Filet de lieu noir et Muscadet

Le 19/04/2020 | Commentaires (0)

Ce soir ŒnoSkol met en avant un accord poisson-vin! Un filet de lieu noir au beurre blanc à l’aneth et sa poêlée de légumes d’antan! Une recette facile et rapide à mettre en œuvre! Pour accompagner ce poisson ŒnoSkol vous propose un muscadet Sèvre-et-Maine, le Clos du Bien Aimé, cuvée Excellence, millésime 2018 du Domaine de la Houssais. Il faut savoir que depuis une vingtaine d’années l’appellation Muscadet située autour de Nantes dont l’unique cépage autorisé est le melon de Bourgogne fait beaucoup d’efforts pour améliorer la qualité de ses cuvées. Aujourd’hui cela se ressent clairement avec des vins blancs au rapport qualité-prix très intéressant! Effectivement cette appellation qui pendant longtemps a eu mauvaise presse produit aujourd’hui des muscadets élevés sur lies qui feraient rougir certains grands vins blancs français, le comble!
Le Clos du Bien Aimé offre une couleur or pâle. Le nez est dominé par des notes de fruits exotiques et d’agrumes comme le citron et le pamplemousse. La bouche un peu maigre est compensée par le gras provenant de l’élevage sur lie. La fin de bouche acidulée permet d’allonger sa persistance. Le vin est perlant (typique des muscadets), c’est à dire qu’il contient encore un peu de gaz carbonique résultant de la fermentation. Ces petites bulles apportent une sensation de fraîcheur sur la langue qui viennent s'ajouter à la vivacité de l'attaque. Un vin sans prétention au prix doux qui pourra se boire seul à l’apéritif, en accompagnement d’un plateau de fruits de mers ou d’un poisson.
Température de dégustation : 10-12°C
Prix 5,5€
Bon appétit!
Dsc08641

Quel vin avec les tomates Mozzarella?

Le 15/04/2020 | Commentaires (0)

Suite au jeu sur Facebook ŒnoSkol vous propose des accords vins avec des tomates mozzarella à l'huile d'olive et aux feuilles de basilic.
Pour accompagner ce plat simple et délicieux dont le secret de sa réussite tient dans la qualité de ses ingrédients il faut contrebalancer l'acidité de la tomate et l'aromaticité du plat (basilic, poivre). On se dirigera donc vers des rosés ou des blancs aromatiques. ŒnoSkol vous conseille par exemple un rosé de Provence (Côtes et Coteaux de Provence) ou de Corse (Patrimonio). Côté blancs nous pouvons rester dans les même régions où il est possible de dénicher de très belles bouteilles dans des appellations comme Cassis, Bandol, Palette etc. Un sauvignon aromatique s’accommodera aussi très bien avec ce plat.
Quoi qu'il en soit cet accord sent bon le soleil, vivement l'été!

Tomates mozzarella accord vin Oenoskol

Huîtres et Sauvignon blanc du Val de Loire

Le 12/04/2020 | Commentaires (1)

Ce weekend de Pâques ŒnoSkol profite des dernières huîtres de la saison pour vous présenter un accord très classique avec un sauvignon blanc de l’IGP Val de Loire. Le sauvignon est un des cépages blancs de cuve (destiné à produire du vin) les plus plantés au monde avec son ami le chardonnay. On en trouve un peu partout en France : dans le Val de Loire évidemment mais aussi à Bordeaux et dans le sud de la France. Il est très connu en Nouvelle-Zélande, en particulier dans la région de Marlborough qui a redoré son blason à l'échelle internationale. Il est aussi planté aux Etats-Unis, au Chili, en Australie en Afrique du Sud…


Ces huîtres du golf du Morbihan sont ici associées avec le millésime 2018 de la Forchetière. Ce sauvignon arbore une robe jaune-vert typique du cépage dans ses premières années. Le nez très agréable est vraiment caractéristique de la variété avec des notes de pamplemousse et de bourgeon de cassis. L’arôme du bourgeon de cassis, difficile à décrire mais très révélateur de ce cépage, est un mélange entre le sirop de cassis et un arôme floral. On détecte également un côté minéral (pierre du briquet chaude, odeur de cailloux frottés les uns contre les autres). Enfin, la bouche vive, bien équilibrée portée par les agrumes s'accorde parfaitement avec les fruits de mer. Nous avons ici un joli vin représentatif d’un sauvignon de Loire au rapport qualité-prix excellent. Il pourra se boire seul à l’apéro ou accompagner des poissons et des fromages comme les crottins de chèvre. Je recommande!
Température de service : 10-12°C
Prix : 5€

Huitres Sauvignon Val de Loire Oenoskol Degustation accords mets vins

Faux-filet de boeuf et Lalande de Pomerol

Le 05/04/2020 | Commentaires (0)

Aujourd’hui ŒnoSkol vous suggère un accord met-vin classique et facile à cuisiner : un faux-filet de bœuf sauce au poivre maison, des pommes de terre sautées et de l’ail en chemise servis avec un Lalande de Pomerol 2015 du château Siaurac. L’appellation Lalande de Pomerol jouxte l’appellation éponyme de Pomerol où se trouve notamment un des vins les plus chers au monde : le fameux Pétrus. En traversant la Barbanne, petite rivière qui sépare les deux appellations, vous divisez les prix par deux et trouvez des vins accessibles qui n’ont rien à envier à leurs illustres voisins. La cuvée du Château de Siaurac est élaborée à partir des deux principaux cépages rouge de la rive droite de Bordeaux : le Merlot présent à 80% dans cet assemblage et le Cabernet Franc à 20%. Le Cabernet Franc est un cépage également très présent dans le Val de Loire, notamment à Bourgueil ou Chinon.
Ce vin révèle une belle robe rubis avec de légers reflets orangés signe des premières marques de vieillissement. Le nez au départ un peu fermé dévoile avec le temps des arômes de petits fruits noirs tels que la mûre ou la myrtille. On peut également discerner une touche de réglisse et de cerise. La bouche est fraîche, équilibrée, ronde avec ce caractère fruité bien marqué. Les tanins sont fins et le vin possède une belle longueur en bouche. Ce type de vin s’associe parfaitement avec une pièce de bœuf.
Ce vin élégant et gourmand peut se boire dès maintenant. Vous pouvez encore attendre un peu, maximum 2025 si vous ne voulez pas perdre son côté fruité très agréable.
A boire autour de 18°C.
Prix : 15€ en primeurs. Aujourd'hui 20-25€

Lalande de Pomerol Oenoskol

Le vignoble face au gel

Le 30/03/2020 | Commentaires (0)

L’année 2020 ne sera pas un millésime facile pour nos vignerons français. La crise sanitaire qui touche tout le pays et tous les secteurs économiques n'épargne pas l’activité viticole : une baisse des ventes de vin et une main d’œuvre plus rare. Pour couronner le tout une vague de froid est arrivée ce lundi en France et fait chuter les températures sur tout le territoire.
Pourquoi est-ce dommageable pour nos viticulteurs?
Depuis plusieurs années la vigne débourre de plus en plus tôt (voir article précédent sur le débourrement). En cause le réchauffement climatique qui rend les hivers beaucoup plus doux. Une fois les jeunes feuilles sorties de leurs bourgeons, elle ne sont plus protégées et deviennent sensibles au froid et donc au gel. On considère que ces jeunes pousses meurent en dessous de -2, -3°C (ces valeurs dépendent de l’hygrométrie ambiante autrement dit de l’humidité de l’air) alors que confinées dans leurs bourgeons elles supporteraient des températures inférieures à -10°C.
Malgré le réchauffement climatique nous ne sommes pas à l’abri d’événements climatiques printaniers froids comme nous le vivons actuellement. (Il a neigé aujourd’hui à Bordeaux!) Le dernier en date qui impacta fortement le vignoble français a eu lieu au printemps 2017. Cette vague de froid était d’autant plus dramatique qu’elle avait eu lieu fin avril sur une végétation déjà bien développée. Ces gelées ne mettent pas en péril la pérennité du vignoble mais ont des incidences forte sur la production de l’année en cours et donc le chiffre d’affaire des domaines viticoles. En effet les grappes de raisin même minuscules, sont déjà préformées dans les bourgeons et sortent en même temps que les jeunes pousses les rendant ainsi sensibles à la morsure du froid.
Les vignerons ont tout de même quelques cordes à leurs arcs pour essayer de se défendre contre ces gelées :
1. Les bougies et chaufferettes : elles permettent de réchauffer l’air avec une certaine efficacité jusqu’à -4 à -5°C et de limiter la perte de chaleur du sol en formant une couverture de fumée au-dessus du vignoble. On peut utiliser des grosses bougies de paraffine ou des chaufferettes au fioul.
2. L’aspersion d’eau : cette technique consiste à arroser la vigne sans interruption pendant la période critique afin que la température des bourgeons et des jeunes pousses ne descendent pas en dessous de 0°C.
3. Le brassage d’air : cette méthode consiste à brasser l’air et à remplacer la couche d’air froid qui est au contact de la vigne par la couche d’air plus chaude qui se trouve au-dessus du vignoble (Plus on s’éloigne du sol plus la température augmente). Le matériel et la mise en œuvre coûtent cher pour un relèvement de la température de l’ordre de 1 à 4 °C. Ce brassage peut être réalisé par hélicoptère pour les domaines qui en ont les moyens ou par des hélices que l’on place au milieu des parcelles de vigne.

Bougies vignoble

© Keystone/Gian Ehrenzeller

Ravioles maisons et Châteauneuf-du-Pape blanc

Le 29/03/2020 | Commentaires (1)

En période de confinement nous avons du temps devant nous! Quoi de mieux que de faire ses propres ravioles! ŒnoSkol vous propose ce dimanche des ravioles maisons, garnies aux figues et chèvre frais complétées d’une effilochée de jambon fumé, de quelques feuilles de mâche à l’huile de noix et d'une délicate émulsion fumée! Pour accompagner ce délicieux plat un Châteauneuf-du-Pape blanc du domaine de la Solitude cuvée tradition, millésime 2011! L’appellation Châteauneuf-du-Pape est surtout connue pour ses rouges. Cependant, elle produit également de très grands blancs mais dans des proportions plus confidentielles (moins de 10% de l’appellation). Cette cuvée est composée de trois cépages blancs (Clairette, Roussanne et Grenache Blanc). Un tiers du vin est passé en barrique.
Le vin nous offre d’abord une magnifique robe dorée à la couleur or jaune qui démontre les premiers signes de vieillissement. Ne pas oublier que ce blanc a déjà quasiment 10 ans!
Le nez dévoile ensuite des notes florales, de miel, de fruits secs tels que l’abricot mais aussi la noix et l’amande grillée. La bouche est ample, volumineuse. Elle confirme les notes fumées et les arômes de vieillissements que nous révélait le nez. Ces saveurs s’accordent parfaitement avec l'émulsion fumée et le jambon cru. L’arôme de noix, bien présent, confère au vin une très belle longueur en bouche qui s’harmonise avec les feuilles de mâche à l’huile de noix. Bref, vous l’aurez compris, un vin blanc d’une grande élégance qui se déguste à table.
Millésime à boire maintenant.
Température de service : 12-14°C
Prix : Quand je travaillais au domaine de la Solitude pour le millésime 2012 ce vin coûtait 19€. Il semblerait qu’ils aient bien augmenté leurs tarifs puisqu’aujourd’hui il s’avère compliqué de le trouver à moins de 35€!

Dsc08645