Bienvenue sur le blog d'ŒnoSkol !

Dégustation de cépages interdits!

Le 24/01/2022 | Commentaires (0)

Vendredi dernier OenoSkol faisait sa rebelle en dégustant des cépages interdits suite au visionnage du documentaire Vitis Prohibita à Redon. Ce film nous fait voyager des Cévennes aux États-Unis en passant par la Roumanie et autres régions viticoles pour nous apprendre avec précision ce qu'est un cépage résistant et une vigne hybride. Leur histoire, semées d'embûches du fait d'une réglementation européenne arbitraire, est racontée à travers de nombreux témoignages de vignerons amateurs et professionnels, d’œnologues, d'agronomes. Ces cépages ont notamment le gros avantage d'être résistants au mildiou à l'oïdium donc non dépendants aux produits phytosanitaires!

Nous avons ainsi dégusté :

  • "L'interdit cuvée rebelle" produite dans les Cévennes gardoises avec le cépage Clinton première génération des hybrides producteurs directs interdit à la commercialisation en 1934.

Au nez un côté végétal, fraise, fruits des bois, cuir. Une bouche structurée et fraîche.

  • La cuvée César produit dans le Loir-et-Cher à partir d'un hybride toujours autorisé mais très rare : l'Oberlin.

Vin très coloré 14,5 % sucre résiduel très doux gras, fruits cuits confits, fumé. Vin de dessert.

Pour tous les curieux et amoureux du vin OenoSkol vous conseille donc ce documentaire!

https://www.vitis-prohibita.com/

Cepage oberlinCepage clinton

Huîtres et Melon de Bourgogne

Le 16/01/2022 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol pose son verre juste à côté de sa région avec la présentation d’un très beau vin blanc du pays nantais. Nous vous présentons ici la cuvée “L’air innocent”, millésime 2017, du domaine de la Fessardière. Le domaine de la Fessardière qui conduit son vignoble en agriculture biologique est installé dans la commune de Vallet à 20 minutes à l’ouest de Nantes au cœur de l’appellation Muscadet-Sèvre-et-Maine. Malgré sa situation, ce vin nature est en appellation vin de France car l’élevage du vin sur lies dépasse le temps imposé par le cahier des charges de l’appellation Muscadet-Sèvre-et-Maine sur lie. L’élevage sur lies consiste à laisser le vin en contact des levures mortes qui vont apporter plus de gras et de rondeur au vin.

Cette cuvée est vinifiée à partir du cépage phare de la région : le Melon de Bourgogne. Il ne faut pas confondre Muscadet qui est le nom de l’AOP avec le Melon de Bourgogne qui est l’unique cépage de cette appellation. Ce cépage originaire de Bourgogne est introduit au XVIIe siècle dans le Val de Loire. Il s’imposera définitivement après le terrible hiver 1709 (-23°C relevé à Paris). ŒnoSkol accompagne cette bouteille d’une douzaine d'huîtres du Golfe du Morbihan.

Le vin dévoile une superbe robe jaune paille soutenue qui s’explique surement par l’élevage relativement long. Le nez très élégant offre des notes de citron, de pain grillé et de beurre. Ces derniers arômes proviennent d’une seconde fermentation que l’on appelle malo-lactique. Rare sur les blancs, elle est systématique sur les rouges. Grâce à des bactéries, elle transforme l’acide malique en acide lactique d’où les notes lactées qui en ressortent. La bouche est grasse et ample, tendue par la vivacité de ce cépage. Elle se termine sur des notes salines qui s’accordent parfaitement avec les huîtres. C’est définitivement un superbe vin blanc de gastronomie à partir d’un cépage qui n’a malheureusement pas toujours bonne presse! Vous marierez, sans aucun doute, cette cuvée avec des poissons en sauces, de la volaille ou des fromages à pâtes cuites.

Prix 14,5€

A boire maintenant

Température de service 12°C

Huîtres et Melon de Bourgogne

Kig ha Farz et Vin d'Arbois

Le 12/12/2021 | Commentaires (0)

Quand la Bretagne rencontre le Jura!

Cette semaine ŒnoSkol vous fait découvrir un accord original et succulent entre un Kig ha Farz et un vin rouge d’Arbois, millésime 2018.

Le Kig ha Farz, littéralement “viande et farce”, est un plat emblématique de la région du Léon dans le nord Finistère. Composé de viande de porc et de bœuf (les avants), il est à rapprocher d’un pot au feu. Sa grande originalité provient de sa farce faite à partir de farine de sarrasin (blé noir) qui accompagne la viande et les légumes. C’est un plat riche et de fête. L’Arbois, quant à elle, est l’appellation majeure du Jura. Elle fournit la moitié de la production totale de la région et compte 800 hectares. Elle produit aussi bien des blancs, des vins jaunes, des vins de paille, que des rouges ou des rosés.

Aujourd’hui nous dégustons la cuvée Rosières du domaine Jean-Louis Tissot élaborée à partir d’un cépage local le Trousseau.

Oeil : Une belle robe pourpre claire

Nez : Fruits rouges, Cerise, sous-bois

Bouche : Soyeuse et légère avec des tanins souples et une belle fraîcheur

Ce vin est parfaitement adapté à ce plat où la viande est cuite à l’étouffée et les légumes à l’eau. En effet, avec sa structure légère et sa vivacité, il vient apporter de la légèreté et se marie avec le côté végétal des légumes sans pour autant prendre le dessus. Son fruité s’harmonise très bien avec les saveurs du Kig ha Farz et sublime ce plat traditionnel finistérien. Un vrai régal!

Kig ha Farz vin d'Arbois

Dégustation de vins bretons

Le 28/11/2021 | Commentaires (0)

Samedi dernier j'ai eu la chance de déguster 10 vins bretons du millésime 2020 lors de l'assemblée générale de l'Association de la Reconnaissance des Vins Bretons (ARVB). L'occasion pour nous, vignerons bretons professionnels d'annoncer la création de l'Association des Vignerons Bretons (AVB) et avec le directeur du lycée agricole de Kerplouz de communiquer sur l'ouverture de la première formation viticole bretonne!

Pour rappel les vins dégustés sont issus d'associations bretonnes et donc non commercialisables!

Coup de cœur pour l'efferverscent de Jean Donnio du Clos du Chevalier à partir d'un vieux cépage hybride le Plantet. En même temps l'expérience parle puisque Jean a planté ses vignes dans le centre Bretagne à côté de Loudéac au tout début des années 1990!

Deux belles découvertes :

  • La cuvée Entre Nous du Clos des Perrières vinifiée à partir du cépage résistant le Solaris, variété particulièrement adaptée aux climats septentrionaux. Leur vignoble est située en Ille-et-Vilaine
  • La cuvée rouge du Clos du Chevalier vinifiée de nouveau par Jean Donnio à partir d'un vieux cépage hybride le Maréchal Foch!

Enfin deux cuvées intéressantes :

  • Le "Crozon Hermitage" (Ils ont de l'ambition!) des Coteaux de St Guénolé dans le Finistère assemblage entre du Gamay et du Cabernet Franc
  • Le Chardonnay des Coteaux du Braden à Quimper

Merci et bravo à tous ces vignerons amateurs qui nous permettent de découvrir des vins bretons!

Dégustation vins bretons ŒnoSkol

Gamay d'Auvergne et Osso Buco

Le 14/11/2021 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol régale vos papilles avec un bel accord culinaire entre un Osso Buco et un vin du domaine “Les chemins de l’Arkose” en appellation Côtes d’Auvergne. Yvan Bernard et Audrey Baldassin, associés du domaine, conduisent en agriculture biologique 8 hectares de vigne sur la commune de Montpeyroux dans le Puy-de-Dôme. Oui, nous sommes bien en Auvergne, au cœur du massif central et son histoire géologique tourmentée qui donne le nom à cette cuvée “Les Dômes sur Basalte” en référence au passé volcanique de la région.

L’AOC Côtes d’Auvergne s’étend sur 53 communes du département et autorise seulement trois cépages : le Chardonnay pour les blancs, le Gamay et le Pinot Noir pour les rosés et les rouges avec au minimum 50% de Gamay pour ces derniers. Le terroir quant à lui est une mosaïque de sols alternant principalement le granite et le basalte (roche volcanique). 330 hectares de vigne composent cette jeune AOC créée en 2010.

Aujourd’hui nous dégustons un 100% Gamay, millésime 2020. Pour rappel le Gamay est le cépage principal du Beaujolais qui s'épanouit particulièrement bien sur ces sols granitiques.

Robe : Framboise. La robe soutenue pour un Gamay est typique de cette région. Il est généralement plus clair dans le Beaujolais.

Nez : Développé de petits fruits frais tels que la groseille et le cassis

Bouche : Une attaque aromatique, un vin velouté avec peu de tanins, vif et très bien équilibré

Ce vin se marie parfaitement avec l’Osso Buco, plat italien très parfumé originaire de Milan. Ce ragoût de jarret de veau agrémenté de tomates, carottes et céleris doit trouver son harmonie dans un vin aromatique et frais aux tanins fondus et souples. On pourrait d’ailleurs lui associer également un vin blanc aromatique, charnu des Côtes-du-Rhône (Condrieu, Chateauneuf-du-Pape blanc) ou du Languedoc Roussillon. Enfin, ne pas oublier l’accord régional qui fonctionnera toujours très bien avec par exemple un Valpolicella en Vénétie.

Prix : 10-12€

A boire maintenant

Température de service : 16°C

Osso Buco Gamay Côtes d'Auvergne Les Dômes

Sushis et vin d'Alsace

Le 31/10/2021 | Commentaires (0)

Cette semaine ŒnoSkol s’envole pour le Japon avec une dégustation de sushis accompagnés d’un joli vin blanc d’Alsace.

Pour rappel, l’Alsace est un petit vignoble de 15 500 hectares au nord-est de la France. Il s’étire entre les villes de Strasbourg et Mulhouse sur une succession de collines plus ou moins hautes. Sa situation géographique particulière lui confère une exposition et un climat privilégiés. Le vignoble, abrité par le massif des Vosges et dominant la plaine du Rhin, enregistre une des pluviométries les plus faibles de France. Il bénéficie ainsi d’un climat semi-continental chaud, sec et ensoleillé, parfaitement adapté à la culture de la vigne.

Les sushis sont généralement un mélange savant de riz, d’algues et de produits de la mer. Ils appellent donc un vin frais et sec plus ou moins aromatique. Les vins blancs d’Alsace s’accorderont donc parfaitement à ce plat. Nous aurions pu aussi aller chercher un Riesling d’Allemagne ou un Sauvignon blanc de Nouvelle-Zélande pour le côté plus exotique.

Ici nous ouvrons “A minima” du domaine Trapet, millésime 2017. Cette cuvée est un assemblage parfait de presque tous les cépages blancs de l’appellation. En effet, nous y retrouvons six cépages sur les huit autorisés dont le Gewurztraminer, le Riesling, le Muscat, le Pinot Gris, le Sylvaner et l’Auxerrois. Le Domaine Trapet est conduit en agriculture biologique et biodynamique.

D’une belle robe or vert, le nez de ce vin est une vraie corbeille de fruits! Nous y découvrons le côté exotique du Gewurztraminer et du Pinot Gris avec des notes de litchi, de goyave et de papaye. Nous distinguons également des arômes floraux, de rose et des odeurs muscatées provenant évidemment du Muscat mais également du Gewurztraminer. Enfin, le Riesling apporte une touche minérale, presque fumée. En bouche, le vin légèrement perlant vient ajouter encore plus de fraîcheur à l’ensemble qui se marie parfaitement avec les sushis et les différentes sauces plus ou moins épicées. Un pur régal!

C’est un vin très aromatique et polyvalent par cet assemblage de cépages qui pourra accompagner aussi bien des apéritifs que des plats comme le poisson ou les fromages.

Prix : 13€

Température de service : 11-12°C

A boire maintenant.Vin d'Alsace Sushis

Lapin à la moutarde et Syrah d'Ogier

Le 17/10/2021 | Commentaires (0)

Ce weekend ŒnoSkol vous présente un joli accord met-vin : un lapin à la moutarde accompagné d’une cuvée 100% Syrah de Stéphane Ogier. La famille Ogier est installée sur l’appellation Côte-Rôtie depuis sept générations. Stéphane Ogier reprend l’entreprise familial en 1997 et en une dizaine d’années le propulse parmi les plus grands domaines des Côtes-du-Rhône nord. Aujourd’hui ses vins sont réputés et reconnus à travers le monde entier. Stéphane Ogier propose aussi bien des cuvées mythiques comme la “Belle Hélène” à plus de 300€ la bouteille que des petits vins aux rapports qualité-prix excellents, telle cette fameuse Syrah d’Ogier. La Syrah est le cépage phare des Côtes-du-Rhône septentrionales d’où elle tire son origine. Dans cette région elle est souvent vinifiée seule mais on peut y assembler jusqu’à 20% du cépage blanc Viognier en Côte-Rôtie ou 15% de Marsanne et/ou Roussanne, variétés blanches également, dans les AOP Hermitage, Crozes-Hermitage et Saint Joseph. Alors que dans les années 60 la Syrah est cantonnée à sa région d’origine du fait de sa sensibilité aux maladies et de son rendement assez faible, elle s’est aujourd’hui étendue à tout le sud de la France pour devenir le quatrième cépage le plus planté dans le pays et le cinquième dans le Monde!

La Syrah d’Ogier 2018 offre une robe pourpre très intense représentative de cette variété. Le nez est un agréable mélange d’arômes de petits fruits rouges tels que le cassis, la framboise ou la groseille. Nous apprécions aussi des notes de cacao et une pointe poivrée qui rappelle la sauce moutarde. En bouche le vin est vif, équilibré par une belle densité reposant sur des tanins charpentés.

C’est définitivement un vin élégant, sur le fruit, au rapport qualité-prix excellent permettant un mariage harmonieux avec la chaire fine du lapin. En effet le lapin est à considérer comme une volaille. Il faut donc l’accorder avec des vins pas trop puissants et tanniques pour lui permettre de s’exprimer pleinement!

Température de service : 17-18°C

Prix : 10-12€

A boire maintenant

Belle dégustation.

Lapin moutarde Syrah d'Ogier ŒnoSkol

Le millésime 2021 : l'heure du bilan

Le 10/10/2021 | Commentaires (0)

Alors que les vendanges touchent à leur fin partout en France, l’heure est au bilan!

Pour faire court, le millésime 2021 s’annonce amer…

En effet, l’épisode de gel sans précédent de la première quinzaine d’avril a tout d’abord porté un coup dur à la viticulture française en n’épargnant aucune région. Ensuite l’été pluvieux et frais a favorisé les maladies cryptogamiques comme le mildiou et l’oïdium qui, à leur tour, ont aussi impacté le potentiel de récolte sans oublier les épisodes de grêle qui ont ravagé certains vignobles.

Aujourd’hui on estime entre 25 et 30% de récolte en moins à l’échelle nationale avec une grosse hétérogénéité selon les appellations. Certaines s’en sortent bien voire très bien alors que d’autres comme nos amis du Muscadet, “de mémoire d’homme”, n’ont jamais connu un millésime aussi compliqué. Dans cette région des rendements moyens de 12 hectolitres par hectare (hl/ha) sont avancés contre plus de 50 hl/ha en 2020. Malheureusement elle n’est pas la seule à subir de plein fouet l’acharnement climatique de ce millésime à l’image des dix plaies d’Egypte!

Et la qualité dans tout ça? Difficile de dresser un portrait global à l’échelle nationale car les disparités sont également très fortes entre régions, appellations et même domaines. Dans tous les cas, on ne parlera pas du millésime du siècle. Le mauvais état sanitaire de la vigne, du fait du gel et du mildiou, a entraîné le développement de la pourriture grise sur les raisins, poussant certains vignerons à vendanger en sous maturité pour ne pas perdre toute leur récolte. Les blancs s’en sortent mieux que les rouges dans la plupart des régions car mûrs plus tôt. Des étés frais comme celui que nous avons vécu apportent de la fraîcheur aromatique et de la vivacité, caractéristiques positives pour les vins blancs.

Pour terminer et c’est finalement une bonne nouvelle, en 2020 la crise sanitaire liée à la pandémie et les surtaxes américaines décidées par M. Trump ont provoqué une chute des ventes de vin qui a créé du stock dans les caves! Les vignerons vont donc pouvoir se reposer ou se consoler sur leurs récoltes antérieures pour vendre du vin l’année prochaine!

Bon courage à eux tous et vivement 2022!

Andrea cairone lzm3pbqim70 unsplash

Rosé Cotes Catalanes Effet Papillon

Le 03/10/2021 | Commentaires (0)

C’est encore l’été avec ŒnoSkol! Cette semaine nous vous faisons découvrir un bel accord plein de soleil et de chaleur! On file droit dans les Pyrénées Orientales avec la dégustation d’un rosé en IGP (Indication Géographique Protégée) Côtes Catalanes, “l’Effet Papillon” du domaine Le Roc des Anges, millésime 2020 qui accompagne une tartine de tomates, poivrons marinés, petits oignons et parmesan, le tout passé au four.

L’IGP Côtes Catalanes s’étend sur l’ensemble du vignoble des Pyrénées Orientales autour de Perpignan. Une grosse vingtaine de cépages y sont autorisés pour faire aussi bien du blanc, rosé ou rouge. Les 3800 hectares de vignoble qui composent cette IGP produisent peu, 40 hectolitres par hectare en moyenne. En effet, les vignes poussent sur des sols caillouteux, très drainants et pauvres. Enfin, le climat méditerrannéen, chaud et sec, n'y est pas pour rien!

Marjorie et Stéphane Gallet, propriétaires du Roc des Anges, conduisent le domaine en biodynamie depuis plus de 10 ans. Ils vinifient également des vins doux naturels sous l’appellation Maury, les Terres de Fagayra.

La cuvée que nous dégustons aujourd’hui est issue du cépage Grenache cultivé sur des sols de schiste.

Œil : Rose pâle saumoné

Nez : Pêches très mûres, melon, poivre frais, ananas, bonbon arlequin

Bouche : Grasse, équilibrée, poivrée, digeste, frais.

Ce rosé digeste, bien équilibré, aux arômes de fruits très mûrs et légèrement poivré, se marie parfaitement avec le melon au basilic et les tartinades au four. Un délice.

Prix : 8,50€
Température de service : 8-10°C
A boire maintenantRosé Cotes Catalanes Roc des Anges

Le ouillage : Kézako?!

Le 26/09/2021 | Commentaires (0)

Si vous êtes un fan inconditionnel d'ŒnoSkol, vous attendez avec impatience ce nouveau post! En effet, la semaine dernière nous avons parlé de “ouillage” des barriques et je vous avais dit que je vous expliquerai ce que ce terme voulait dire lors de la prochaine publication. Chose promise, chose due!

Naturellement le vin contenu dans une barrique s’évapore et son volume diminue donc avec le temps. La partie de vin qui s’évapore est joliment appelée “la part des anges”. Généralement, on essaie toujours de maîtriser l’oxydation du vin. Or dans une barrique à moitié pleine, le vin est très exposé à l’air. Par conséquent, plus la barrique est vide et plus le vin s’oxyde rapidement. Pour éviter cela, les vignerons ou maîtres de chai pratiquent le fameux “ouillage”, c'est-à-dire qu’ils vont ajouter du vin, d’une cuve par exemple, dans les barriques pour compenser “la part des anges” afin que ces dernières restent toujours remplies à ras bord. Simple non?!

A noter que dans la région du Jura, les vignerons ne compensent pas cette “part des anges” à dessein pour produire le fameux “Vin Jaune”. Ils laissent ainsi, pendant au moins 6 ans et 3 mois, le vin s’évaporer. On appelle ces vins les “vins de voile” car un voile de levures se développe à la surface du vin comme sur la photo!

Pour la petite histoire (Attention Fun fact) à la fin de cette période de 6 ans et 3 mois la barrique a perdu 38% de son volume de vin. Les vignerons traduisent cette perte avec leur fameuse bouteille ronde, le clavelin, d’une contenance de 62 cl! Et oui quand on achète du vin jaune on paie aussi la part des anges!

Vin de voile

Bifteck et Lalande de Pomerol

Le 23/09/2021 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol vous propose un grand classique des accords mets-vins : un bifteck de la Ferme de Bodreguin accompagné d’un Lalande de Pomerol millésime 2015. Cette belle pièce de viande cuite saignante est accompagnée d’une petite purée de pomme de terre, de jolies fèves du jardin, cuites croquantes et de sa sauce au poivre maison!

L’appellation Lalande de Pomerol jouxte le village éponyme de l’appellation Pomerol où se trouve notamment un des vins les plus connus au monde : le fameux Pétrus (et non Château Pétrus)! En traversant la Barbanne, petite rivière qui sépare les deux appellations, vous divisez les prix par deux et trouvez des vins accessibles qui n’ont rien à envier à leur illustre voisin. La cuvée du Château Belles-Graves provenant des plus vieilles vignes du domaine, âgées de 40 ans, est élaborée à partir des deux principaux cépages rouges de la rive droite de Bordeaux : le Merlot présent à 88% dans cet assemblage et le Cabernet Franc. Le Cabernet Franc est le cépage phare de nombreux vins rouges du Val de Loire, notamment à Bourgueil ou Chinon.

D’une jolie robe rubis, le vin dévoile de légers reflets tuilés signe des premières marques de vieillissement. Le nez laisse échapper des arômes de fruits rouges à l’eau de vie comme la cerise. On y discerne également des notes torréfiées, de chocolat, dues à l’élevage du vin en barrique pendant 12 mois. Malgré des odeurs fraîches, mentholées, d'eucalyptus, la bouche marquée par l’alcool déséquilibre un peu le vin. Le millésime 2015, très solaire, n’y est pas pour rien en produisant ici un vin à 14,5%! Nous nous régalons tout de même de ce mariage culinaire entre le Château Belles-Graves et le bifteck!

Prix : 22€
Température de service : 16-17°C
A boire maintenant pour préserver le côté fruité

Chateau Belles-Graves Lalande de Pomerol

Côtes du Jura Savagin et comtés

Le 19/09/2021 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol vous fait découvrir un accord met-vin à la fois traditionnel et original! Un plateau de fromage composé notamment de comtés et un vin blanc du Jura “Solitaire” du Clos des Grives.

Ce domaine de 4 hectares est la première propriété viticole jurassienne en agriculture biologique. La cuvée “Solitaire” est issue du cépage emblématique de la région : le Savagnin. Cette variété particulièrement adaptée au climat jurassien produit notamment le fameux “vin jaune” du Jura. Cependant cette cuvée n’est pas un vin jaune car le vin a seulement passé 30 mois en barrique or pour obtenir l’appellation le vin doit être élevé au minimum 6 ans et 3 mois en barrique. En revanche, comme son compère, le vin n’a pas été ouillé une seule fois durant la totalité de son élevage en tonneau! Le ouillage, terme à consonance moyenâgeuse, n'a rien à voir avec Monsieur Ouille des visiteurs! Il vous sera expliqué la semaine prochaine!

Oeil : Robe jaune paille soutenue

Nez : Notes oxydatives, arôme d’épices, de curry, de noix mais aussi des légères notes acétiques proches du vinaigre lié à son élevage particulier sans ouillage Bouche : La bouche est onctueuse et vive avec une belle amplitude. La persistance des arômes est longue, notamment pour la noix.

Ce type de vin se marie parfaitement avec le vieux comté (plus de 18 mois) avec qui il partage ses racines. Les arômes floraux, fruités et évolués du fromage vont être exacerbés par le vin qui va les faire perdurer beaucoup plus longtemps en bouche. Un régal!

Attention si vous n’avez jamais goûté à ce genre de vin, vous risquez d’être vraiment surpris voire déçu et de le jeter à l’évier en pensant qu’il est passé. Ce serait bien dommage d’en arriver là surtout que le prix n’est pas donné du fait de son élevage de plusieurs années en barrique. L’élevage oxydatif de ce vin produit une gamme aromatique qui peut être considérée comme un défaut pour d’autres vins mais ici c’est voulu!

Pour conclure ce vin ne fait jamais l’unanimité et est très clivant : on aime ou on déteste! Et vous, avez-vous déjà goûté un vin du Jura?

Prix : 23€

Température de service : 15°CCôtes du Jura Clos des Grives Savagin Fromage Comté ŒnoSkol

Présentation du Jura

Le 12/09/2021 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol vous prend dans ses bagages pour vous faire découvrir la magnifique région du Jura et ses cépages emblématiques!

En effet, même si il y pousse des cépages classiques comme le Chardonnay ou le Pinot Noir on y trouve également trois variétés autochtones : le Savagnin pour les blancs, les Trousseau et Poulsard pour les rouges.

Le Jura comporte quatre AOP géographiques et trois AOP “produits”. Les quatres AOP géographiques sont les suivantes :

  • Côtes du Jura : la plus étendue du vignoble jurassien (80 km du nord au sud) et la plus diversifiée, elle compte 550 hectares qui s’épanouissent sur les flancs du Revermont.
  • L’Arbois : la plus ancienne et la plus grande par sa surface (800 ha), elle produit 70% des rouges et 30% des blancs jurassiens.
  • L’Étoile : Rare par sa taille (67 ha) grande par sa renommée, le Chardonnay assemblé ou non avec le Savagnin y règne en roi pour produire des vins blancs d’exception ainsi que des vins jaunes ou de paille.
  • Château Chalon : Cette AOP produit l’un des plus grands vins blancs au monde, le vin jaune, élaboré exclusivement à partir du cépage Savagnin cultivé sur un territoire très restreint de 60 hectares!

Pour conclure cette petite présentation, ŒnoSkol vous partage quelques belles découvertes œnologiques suite à un séjour estival dans cet écrin de nature.

  • Le Clos des Grives en AOP Côtes du Jura AB
  • Le domaine Jean-Louis Tissot en AOP Arbois
  • Le domaine Berthet-Bondet en AOP Château-Chalon AB

Château-Chalon ŒnoSkol

Risotto végétarien aubergine citrons et vin blanc du Languedoc

Le 05/09/2021 | Commentaires (0)

Cette semaine ŒnoSkol va chercher le soleil et la chaleur avec la découverte d’un vin blanc du Languedoc, la cuvée Fioretti, millésime 2019, du domaine de Stony en accompagnement d’un risotto végétarien aux aubergines et citrons. Le vignoble de Stony regarde la mer méditerranée de sa terrasse calcaire. Il s’étire sur les pentes de la ville de Frontignan dans l’Hérault, à côté de Sète. Ce domaine viticole de 14 hectares est conduit en agriculture biologique depuis 2011 par Frédéric Nodet.

Frontignan est surtout connu pour l’appellation Muscat de Frontignan qui produit des vins doux naturels, vins sucrés obtenus par mutage à partir du Muscat à petit grain. (Vous pouvez retrouver ce qu’est le mutage dans l’accord Maury Tarte aux noix sur Facebook ou le blog d’ŒnoSkol).

Ici nous dégustons un vin blanc sec issu de 5 cépages méridionaux : le Grenache blanc, le Rolle ou Vermentino, la Roussane, le Viognier et le fameux Muscat à petit grain.

Œil : Robe or jaune soutenue

Nez : Arômes de fleurs blanches, d’agrumes et de fruits blancs, poire, pêche

Bouche : Une attaque aromatique, une bouche étoffée, grasse, ronde avec tout de même de la fraîcheur, le tout se concluant sur une belle longueur.

L’aromatique du vin et sa puissance répondent bien au plat agrémenté de zestes de citron et de parmesan. Nous avons ici un bel accord de persistance.

Je recommande ce très joli vin blanc, complexe par son aromatique et très agréable en bouche. Il accompagnera également des poissons en sauce, des tajines de la mer et certains fromages.

Prix : 9,5€

A boire maintenant

Température de service : 10-12°C

Risotto végétarien Domaine de Stony ŒnoSkol

Saint-Péray et Ormeaux!

Le 04/07/2021 | Commentaires (0)

ŒnoSkol vous présente cette semaine un vin particulièrement rare : un vin blanc de l’appellation Saint Joseph. Effectivement l’AOP St Joseph est surtout connue pour ses rouges produits à partir de la célèbre Syrah mais elle consacre également 10% de son vignoble pour produire des vins blancs qui assemblent avec finesse les cépages Marsanne et Roussanne.

Située dans les Côtes-du-Rhône septentrionales, l’appellation est à cheval sur les départements de la Loire et de l’Ardèche le long de la rive droite du Rhône. Exception qui confirme la règle, nous ouvrons aujourd’hui une bouteille issue à 100% de la Roussanne, du domaine de Pierre Gaillard, millésime 2015. La Roussanne produit des vins élégants, puissants aux arômes floraux, d’abricots mais équilibrés par une belle acidité. On retrouve la Roussanne sous le nom de Bergeron en Savoie. Pour accompagner cette cuvée, nous vous proposons des ormeaux fraîchement pêchés dans les eaux bretonnes, poêlés à l’ail et au persil!

Le vin dévoile une jolie robe jaune paille soutenue. Le nez est très floral, miellé qui tend vers des notes de cire d’abeille. Nous découvrons une touche épicée et des arômes de noix qui sont les premiers signes de son évolution en bouteille. Gustativement, l'équilibre est parfait entre le gras apporté par l’alcool et et la fraîcheur du vin lié à son acidité. Des saveurs grillées, de noix, de noisettes persistent en bouche. L’accord entre les ormeaux et le vin est très intéressant car aucun des mets ne prend le dessus sur l’autre et permet ainsi à chacun de s’exprimer pleinement en bouche. Un régal!

Bonne dégustation!

A boire maintenant.

Température de service : 12-14°C

Prix : 20Saint Joseph blanc Ormeaux ŒnoSkol

Rosé d'Ardèche et soupe froide de fèves

Le 20/06/2021 | Commentaires (0)

Avec les chaleurs estivales quoi de mieux qu’un rosé pour accompagner une entrée froide! Ce dimanche ŒnoSkol vous propose un rosé d’Ardèche du domaine de Cassagnole situé aux pieds des Cévennes avec une soupe froide de fèves!

L’indication géographique protégée (IGP) Ardèche est située entre la vallée du Rhône méridionale à l’est et les Cévennes à l’ouest dans le département du même nom. L’IGP qui déborde légèrement sur le département du Gard comprend 7500 hectares de vignes qui produisent aussi bien du rouge, du rosé ou du blanc à partir de multiples cépages (plus d’une vingtaine) et généralement à des prix doux.

Le rosé “Epicurien”, millésime 2019 que nous dégustons aujourd’hui est produit à partir du cépage rouge Grenache.

Sa robe est saumonée. Au nez il dégage des notes de fruits frais presque de bonbons comme la fraise tagada. En bouche, c’est un vin avec beaucoup de gras qui se marie bien avec la soupe de fèves sans prendre le dessus sur ses notes végétales et en apportant de la rondeur à l’accord. Il manque malheureusement de vivacité et de fraîcheur qui équilibrerait son côté alcooleux et chaud très typique du Grenache. L’Epicurien reste malgré tout un vin au rapport qualité-prix très intéressant. C’est un vrai rosé d’été à boire frais à l’apéritif ou en accompagnement de salades!rosé Ardèche ŒnoSkol

A boire maintenant

Prix : 5,9€

Température de service : 10°C

Cahors et Burger!

Le 13/06/2021 | Commentaires (0)

Bienvenue dans les vignobles du sud-ouest de la France avec la découverte de l’appellation Cahors et ses 3300 hectares de vignes situés à cheval sur la vallée du Lot dans le département du même nom. Cette appellation produisant uniquement du vin rouge a gagné ses lettres de noblesse au Moyen-Age grâce au fameux vin noir (black wine) très renommé en Angleterre. Malheureusement elle tombe peu à peu dans l’oubli après la crise du phylloxera dont elle aura du mal à se remettre. Depuis une dizaine d’années l’appellation Cahors sort la tête de l’eau en faisant la promotion de son cépage phare le Cot aussi appelé Auxerrois et plus connu sous le nom de Malbec qui trouve son origine dans le patronyme d’un propriétaire médocain, un certain M. Malbeck qui diffusa ce cépage en Gironde.

L’Argentine n’est pas neutre dans cette renaissance par la plantation de milliers d’hectares de Malbec sur son territoire permettant la reconnaissance de celui-ci au niveau international. Avec ses 40 000 hectares l’Argentine est d’ailleurs le premier producteur mondial de Malbec! Le Cot ou Malbec produit des vins très colorés, puissants, tanniques et fruités dans leur jeunesse. Exubérant en Argentine du fait des conditions climatiques chaudes, il sera généralement plus acidulé et astringent en France et demandera à vieillir pour s’assouplir.

Deux grandes typologies de terroirs constituent l’AOP Cahors : les terrasses du Lot et les causses. Ces deux entités vont proposer des vins dans des styles différents : plus fruités et gourmands pour la vallée du Lot, plus fins et droits sur les calcaires des causses. Le vin que nous dégustons aujourd’hui est issu de la troisième terrasse de la vallée du Lot qui offre un sol mélangeant calcaire et argile. Son nom “Magie Noire” fait évidemment référence au black wine. Pour l’accompagner nous proposons un burger au bœuf et morbier.

La robe très intense est pourpre avec des reflets violacés. Le vin dévoile des arômes de petits fruits rouges frais tels que le cassis, des notes végétales, mentholées et poivrées. On notera une touche de chocolat blanc. En bouche, fidèle à ses origines, le vin est vif, tannique mais avec tout de même de la mâche qui équilibre ce côté asséchant. Le steak saignant, les frites de patates douces et la mayonnaise maison finissent d’enrober parfaitement cette cuvée typique de ce beau terroir du sud-ouest qui propose des vins à des prix raisonnables! Magie Noire accompagnera également toutes vos pièces de viandes rouges ou vos daubes et civets!

Prix 7,9€

A boire maintenant ou peut être oublié en cave quelques années

Température de service 18°C

Millésime 2018

Cahors Burger ŒnoSkol

Riesling et choucroute

Le 23/05/2021 | Commentaires (0)

Ce dimanche ŒnoSkol traverse la France d'ouest en est pour vous présenter l'Alsace avec la dégustation d’un Riesling assorti d’une choucroute garnie à la saucisse de Francfort! Le vignoble alsacien est un petit vignoble de 15 500 hectares du nord-est de la France. Il s’étire entre les villes de Strasbourg et Mulhouse sur une succession de collines plus ou moins hautes (200 à 400 mètres d’altitude). Sa situation géographique particulière lui confère une exposition et un climat privilégiés. Abrité par le massif des Vosges et dominant la plaine du Rhin on y relève une des pluviométries les plus faibles de France (600 mm de pluie par an). Le vignoble alsacien bénéficie ainsi d’un climat semi-continental chaud, sec et ensoleillé parfaitement adapté à la culture de la vigne.

Le riesling quant à lui est un cépage renommé originaire du bassin rhénan qui peut produire des vins exceptionnels aussi bien secs que sucrés. Majoritairement planté dans sa terre natale en Allemagne (24 000 hectares), en France il est principalement cultivé en Alsace (3500 ha). Aujourd’hui c’est un Riesling du domaine Léon Boesch, millésime 2018, cuvée “Les Grandes Lignes” que nous ouvrons. Niché dans la Vallée Noble au cœur du parc naturel des Ballons des Vosges, ce domaine familial de 15 hectares conduit sa vigne en biodynamie.

Le vin arbore une robe or pâle. Le nez très ouvert et complexe laisse échapper des arômes d'agrumes, d’abricot, de pain d’épices et des notes fumées représentatives de ce cépage. Si vous souhaitez briller en société sachez que les œnologues aiment nommer ces arômes fumés “pierre à fusil”! La bouche typique de ce cépage est grasse mais tendue par une belle acidité. Malheureusement ce vin est trop court en bouche et s’estompe rapidement. L’accord avec la choucroute reste cependant intéressant car le vin contrebalance l’amertume du chou fermenté et se marie très bien avec les baies de genièvre. Sa vivacité rend également ce plat riche très digeste!

Prix : 12€
Température de service : 11°C

Riesling Leon Boesch Choucroute ŒnoSkol

Monthélie 1er cru et Pintade

Le 02/05/2021 | Commentaires (0)

Cette semaine ŒnoSkol s’attaque à un monument de la viticulture française : la Bourgogne.

Cette région extrêmement réputée doit sa renommée à une confrérie de moines, les Cisterciens, qui au Moyen Age, par un travail minutieux, vont améliorer les techniques de la culture de la vigne et de la vinification. Ce sont ensuite les ducs de Bourgogne qui feront la promotion de ces vins à travers toute l’Europe. Aujourd’hui cette région produit des vins rares et chers.

En Bourgogne, il est très facile de retenir les cépages qui composent ses vins. Pour les rouges c’est du Pinot Noir et pour les blancs du Chardonnay (sauf quelques exceptions). En revanche, il est beaucoup plus difficile de se retrouver parmi ses 84 appellations sur un vignoble de 28 000 hectares! Pour faire simple il faut s’imaginer les appellations de Bourgogne comme une pyramide avec à sa base les appellations régionales (Bourgogne Aligoté, Mâcon Village...), au premier niveau les appellations villages (Mercurey, Pommard, Fixin...), au deuxième niveau les premiers crus et au dernier étage les grands crus (Corton, Montrachet, Romanée etc.)!

Nous dégustons aujourd’hui un Monthélie 1er cru :  Les Barbières, soit le deuxième étage de la pyramide. Nous accompagnons ce millésime 2017 du domaine de Fabien Coche d’une pintade au sarrasin et carottes enrobée de sa sauce champignon flambée au cognac.
Le vin dévoile une robe cerise claire typique du cépage Pinot Noir. Au nez, nous percevons des arômes de cerise, de cuir, des notes fumées. La bouche est fraîche voire vive. Malgré une certaine mâche, le vin reste léger, agrémentés de petits tanins charpentés. Ce sont des vins qui se marient très bien avec la chaire blanche des volailles. Il faut éviter les viandes trop fortes qui prendront le dessus sur ces vins souvent délicats.
Pour celui-ci le prix n’est pas à la hauteur du vin qui manquait de longueur et de consistance, c’est dommage!

Prix : 29€
Température de service : 17°C

Monthélie 1er cru ŒnoSkol Bourgogne pintade

Le prix du vin

Le 25/04/2021 | Commentaires (0)

Cette semaine ŒnoSkol vous parle du prix du vin!
Existe-t-il un juste prix pour cette boisson qui, sans aucune difficulté, est capable de faire le grand écart entre des vins qui atteignent des sommes astronomiques alors que certaines bouteilles sont vendues à moins de 2€ en supermarché.

Pour répondre à cette question, ŒnoSkol vous partage quelques chiffres intéressants qui permettent de mieux comprendre les différences de prix pouvant exister autour de ce produit.

D’abord il existe de grandes différences dans les systèmes de conduite du vignoble.

En moyenne, en France, dans les appellations d’origines contrôlées (AOC) 350 heures sont nécessaires pour s’occuper d’un hectare.

A titre de comparaison, dans des vignobles très pentus où tout le travail est fait manuellement car les tracteurs ne peuvent rentrer dans les parcelles, un hectare nécessite 1200 heures de travail. Un ouvrier gère ainsi seul deux hectares maximum. C’est le cas de l’appellation Côte-Rôtie dans les Côtes-du-Rhône.

A l'inverse, dans des vignobles ultra-mécanisés avec un système industriel que l’on peut, par exemple, trouver dans certaines plaines du Languedoc, on peut descendre à 50 heures par hectare! Un tractoriste peut ainsi gérer une cinquantaine d’hectares à lui tout seul!

Pour information, le passage en agriculture biologique augmente les charges de 15 à 20%.

Pour les amoureux du cheval, il faut savoir que le passage du tracteur à la traction animale peut ajouter jusqu’à un euro de coût supplémentaire à la bouteille!

Ces quelques chiffres permettent déjà de mieux comprendre certaines différences de prix.

A cela il faut ajouter le travail à la cave pour vinifier le vin et surtout l’élevage. Combien de temps est-il gardé dans les chais avant d’être vendu? Dans quels contenants? Le passage du vin dans une barrique neuve peut augmenter le coût de la bouteille de 3€! Enfin, le dernier critère et pas des moindres, très difficile à estimer car très volatile : la promotion du vin et son marketing! En effet, certains vins jouent sur la rareté, la puissance de la marque, la renommée, exactement comme dans le luxe ou l’art pour proposer des prix exorbitants!

Maintenant vous comprenez mieux les différences de prix qu’il peut exister dans un rayon de supermarché et même au sein d’une même région! Lidl a d’ailleurs créé la polémique en proposant cette année un vin de Bordeaux à 1,69€! Il est important d'avoir en tête que pour des bouteilles proposées aux consommateurs à moins de 4€, il est quasiment impossible pour le vigneron d’être décemment rémunéré, quelque soit son système de conduite.

Et vous quel est votre seuil de prix psychologique? Partagez le en commentaire!

Le prix du vin ŒnoSKol